×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    L’effet Trump sur la croissance chinoise

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5296 Le 19/06/2018 | Partager
    Les nouvelles taxes américaines risquent de la fragiliser
    Le FMI s’inquiète d’une hausse des obstacles au commerce
    trump_chine_096.jpg

    Le bras de fer commercial sino-américain (cf. notre édition N° 5295 du lundi 18 juin 2018), relancé par l’annonce de nouvelles taxes américaines sur les importations en provenance de Pékin, risque de fragiliser davantage l’économie chinoise. Le géant asiatique devrait voir sa croissance économique ralentir à 6,6% en 2018 et 6,4% en 2019.

    Un essoufflement sensible par rapport à 2017 (+6,9%), avait prévenu en avril le Fonds monétaire international. A moyen terme, «l’économie devrait continuer de se rééquilibrer de l’investissement vers la consommation privée et de l’industrie vers les services, mais la dette non financière devrait continuer d’augmenter en pourcentage du PIB», font savoir les experts du FMI.

    La confrontation entre les deux premières puissances économiques mondiales intervient au moment où les efforts de l’administration du président Xi Jinping visant à endiguer l’envolée de l’endettement chinois (plus de 250% du PIB) pèsent sur la croissance économique.

    Aussi, l’accumulation de facteurs de vulnérabilité assombrit les perspectives à moyen terme. «Une hausse des obstacles tarifaires et non tarifaires au commerce pourrait avoir plusieurs conséquences», alerte le FMI. Elle pourrait nuire à l’état d’esprit sur les marchés, perturber les chaînes mondiales de l’offre et ralentir la diffusion des nouvelles technologies. Cela réduirait la productivité et l’investissement à l’échelle mondiale.

    Une montée du protectionnisme réduirait aussi le bien-être des consommateurs en accroissant le prix des biens de consommation échangeables. La Chine a connu en mai un ralentissement de la production industrielle et un net essoufflement des investissements et de la consommation, sur fond de durcissement du crédit.

    «Les taxes de 25% sur 50 milliards de dollars d’importations chinoises, décrétées par le président américain Donald Trump, menacent les intérêts économiques et la sécurité de la Chine», a reconnu le ministère chinois du Commerce. Pékin avait répliqué aussitôt en annonçant des droits de douane identiques à ceux imposés par les Etats-Unis. Tout en assurant qu’elle ne souhaite certainement pas de guerre commerciale.

    Moteur traditionnel de l’économie chinoise, les exportations chinoises avaient grimpé de 12,6% en mai, un peu moins fort qu’en avril mais mieux qu’attendu (+11,1%). Quant aux  importations du géant asiatique, elles ont bondi de 26% sur un an.

    Pékin a précisé que 34 milliards de dollars d’importations américaines (dont des produits agricoles, notamment le soja, et des voitures) seraient taxées dès le 6 juillet. C’est la date annoncée auparavant par Donald Trump pour l’entrée en vigueur de la première série de droits de douane américains.

    F. Z. T. & M. A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc