Entreprises

Citybus élargit son réseau de transport urbain

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5292 Le 12/06/2018 | Partager
2 milliards de DH pour une couverture exclusive de 7 villes
Dans le pipe d’autres villes africaines
citybus-092.jpg

 Le groupe a développé un savoir-faire qui lui a facilité l’accès à des marchés africains pour lesquels les multinationales ont du mal à s’y adapter (Ph. AK)

La société de transport urbain Mobilys.Dev (filiale du groupe Citybus Transport) est devenue l’unique opérateur du transport public à Oujda. L’entreprise a renforcé son parc en mettant en circulation 80 bus. Ils couvriront un réseau de 260 kilomètres, composé de 37 lignes dont 5 interurbaines.

Un investissement de 120 millions de DH pour renouveler le parc circulant et assurer un service de proximité. À terme, c’est plus de 390 millions de DH qui seront débloqués pour améliorer le paysage urbain d’Oujda et faire du transport par autobus un catalyseur de développement économique.

De plus, c’est un financement qui contribuera à la réduction des tarifs du ticket, pour certaines lignes, à 2,50 DH. Pour le moment les prix sont de 3 DH. Aucune comparaison avec les prix pratiqués dans d’autres villes qui gravitent autour de 5 DH, explique-t-on auprès de Mobilys.Dev. 

«Notre groupe est conscient des difficultés qu’ont les citoyens au niveau financier et nous savons que le transport représente une charge importante dans le portefeuille de l’usager. Notre politique est d’être dans des tarifs acceptables», précise Ali Moutie, président fondateur de Citybus.

En plus d’Oujda, Citybus transport gère exclusivement six autres villes du Royaume ((Fès, Meknès, Tétouan, Al Jadida, Kenitra et Fkih Ben Salah). Un parc de 1.000 bus qui a nécessité plus de 2 milliards de DH d’investissement et qui assure 4.000 emplois. 

«On ne compte pas s’arrêter là puisque nous avons constitué une association avec un autre opérateur de transport urbain “Alsa” pour soumissionner à l’appel d’offres du transport public de Rabat-Salé-Temara» ajoute Moutie. Suivront d’autres villes du Royaume et africaines comme Conakry, la capitale de la Guinée.

Pour réussir ces multiples défis, le groupe axe sa stratégie sur l’amélioration du service de transport urbain tout en optant pour une conduite écolo: freinage et démarrage en douceur avec économie en carburant.

Au niveau de la ville d’Oujda, tous les bus assurent l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite comme ils sont équipés de moteurs Euro4 et Euro5, de machines électroniques, de caméras de surveillance pour améliorer la sécurité des biens et des personnes, un système dédié au transport intelligent basé sur la géolocalisation instantanée  et du système wifi.

«Cela nous a permis d’honorer tous nos engagements contractuels auprès des délégataires avec reprise à 100% du personnel hérité des deux anciennes sociétés de transport d’Oujda Annour et Acharq (511 salariés au total)», souligne Mohammed Dbira, PDG de Mobilys.   

Un tel engagement a solutionné le problème épineux du transport urbain. Comme il a permis à Oujda de renouveler son ancien parc de bus complètement délabré avec absence de gestion efficiente par rapport à la population qui souffrait de problèmes d’horaires et de fréquences, constatent plusieurs usagers, dont ceux de la ligne 25.

Concernant la maîtrise des risques et amélioration des performances, le groupe a lancé une école de formation continue avec des modules ciblés sur la qualité des services. C’est une école itinérante qui transfère le même savoir-faire à tous les salariés de l’entreprise.

Une standardisation des process qui incluent l’éco-conduite (accélération et freinage doux avec économie de carburant), formation des chauffeurs aux premiers secours en collaboration avec les universités de médecine.

«C’est un apport à la communauté pour avoir des secouristes dans les bus. Nous avons aussi signé des conventions de partenariat avec la Direction générale de sûreté nationale (DGSN) et ses directions locales comme à Fès qui assure des formations à tous nos employés pour les sensibiliser sur la gestion des crises et des conflits avec le respect des lois de circulation.

4.000 employés au cœur de toutes les préoccupations

Etant le premier capital d’une entreprise, Citybus a fédéré tous ses employés autour d’objectifs définis par le groupe. Le recours aux nouvelles technologies en matière de gestion des ressources humaines et financières. De même, le groupe est en quête de recherche et développement avec élaboration de nouvelles stratégies pour anticiper les éventuelles faiblesses du secteur. Un sérieux qui se traduit par le respect de toutes les clauses signées avec les autorités délégantes et locales pour améliorer le secteur du transport urbain. Un secteur en perpétuel changement qui nécessite le renouvellement du parc circulant et le respect des engagements auprès des salariés. D’ailleurs le groupe est en phase de préparer une grille salariale qui aligne les rémunérations sur les bénéfices réalisés.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc