Entreprises

Vivatech Paris: Le Maroc et l’Afrique en pole position

Par L'Economiste | Edition N°:5282 Le 29/05/2018 | Partager
80.000 visiteurs et 1.800 start-up du monde entier attendus
16 start-up marocaines et un Pavillon Maroc
vivatech-paris-082.jpg

Pour cette troisième édition, l’Afrique était à l’honneur à Paris - Porte de Versailles (Ph. Site Viva Tech)

Le Maroc continue de s’imposer en tant qu’acteur du monde de demain. Pour la première fois, une délégation marocaine, conduite par le ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, s’est rendue à Paris en compagnie de divers acteurs-clés de l’écosystème digital et de l’innovation.

Le salon international des start-up Viva Technology regroupait tous les grands noms du monde de l’économie numérique, dont Facebook ou encore Uber. Ce grand raout international de la tech a rassemblé près de 80.000 visiteurs et 1.800 start-up du monde entier. L’événement s’inscrit dans la stratégie du président français Emmanuel Macron de faire de son pays une «startup nation» et d’y accroître l’entrepreneuriat.

Cette troisième édition du salon est placée sous le signe de l’Afrique. Le président Macron a en effet effectué sa visite des lieux en compagnie de son homologue rwandais Paul Kagame jeudi dernier, à l’ouverture de l’événement. Au total, 100 start-up africaines ont fait le déplacement, dont 10 sélectionnées par la multinationale pharmaceutique Sanofi, dans le cadre de leurs 3 challenges [email protected]. Objectif: «apporter des solutions innovantes pour améliorer l’accès aux soins en Afrique».

Parmi les jeunes pousses retenues figure MedTrucks, start-up marocaine fondée par Anass El Hilal et Jamir Derrouiche (2 ingénieurs biomédicaux de 28 ans et 27 ans). Face à l’insuffisance de traitements que peuvent connaître des patients, notamment dans les territoires ruraux, MedTrucks entend utiliser des «camions hôpitaux» pour aller directement au chevet des malades enclavés, afin de leur fournir une offre médicale adaptée. Implantée au Maroc et au Sud de la France, la start-up prodigue une multitude d’interventions médicales, telles que la dialyse, l’ophtalmologie, ou encore la dentisterie.

L’engagement des fondateurs est de faire en sorte que chaque patient soit à moins de 20 minutes de ses soins. Une initiative et une présence dans le salon dont se félicite Amine Benabderrazik, directeur des activités de Sanofi au Maroc: «Nous sommes très fiers que le Maroc soit un des pays représentés dans ce challenge. Cela démontre la créativité et l’engagement des talents présents au Maroc, qui œuvrent chaque jour pour améliorer la santé de leurs concitoyens».

En plus de MedTrucks, 16 autres start-up marocaines étaient présentes au pavillon Maroc de «cette grand-messe de l’innovation digitale» à Paris, selon un communiqué du ministère de l’Economie numérique. Sans donner une liste exhaustive, ces start-up développent divers projets dans les domaines du healthtech (technologie de la santé), de l’agritech (agriculture), greentech (environnement) et du govtech (gouvernement).
 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc