×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Oujda: Oyez, oyez, le Mouloudia est de retour!

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5279 Le 24/05/2018 | Partager
    Le club historique de l’Oriental retrouve la Botola Pro
    Parier sur le football pour faire redécoller l’activité sportive
    mco-079.jpg

    La plupart des joueurs arrivent à terme de leurs contrats, ce qui nécessite de nouveaux recrutements (Ph. AK)

    L’équipe porte fanion de l’Oriental vient de retrouver sa place chez l’élite du football de la Botola professionnelle. Une consécration qui tombe à point nommé pour relancer l’activité sportive au niveau d’une ville qui a joué les premiers rôles sur la scène nationale mais qui n’arrive plus à décoller depuis deux décennies.

    «Le football est un levier de croissance économique, facteur de stabilité sociale et une attractivité si on arrive à proposer un produit qui mobilise les compétences d’Oujda», confie à L’Economiste Mohammed Houar, président de l’équipe. Un dirigeant comblé.

    A peine trois mois, depuis son élection à ce poste, il a permis au Mouloudia de dominer le championnat de la «Botola Pro2» en se classant premier avec 60 points. «Le travail collectif avec spécification des responsabilités a payé et nous a permis de négocier intelligemment la fin d’un championnat qui n’était pas facile», ajoute-t-il.

    Le comité de l’équipe achève son futur planning qui sera articulé autour de trois axes. Dans un premier temps, assurer le maintien de l’équipe chez l’élite nationale, puis doter le Mouloudia d’une école de formation pour assurer la relève et enfin développer un projet de ville autour de la composante football.

    Des actions qui restent tributaires de la trésorerie de l’équipe et des moyens mis à sa disposition. C’est également un projet qui nécessite l’adhésion des autorités et élus locaux. Un accompagnement qui ne peut être récupéré à des fins électorales ou soumis à des pressions extra-sportives.

    Sur le plan technique, la confiance est renouvelée dans l’entraîneur Aziz Kerkach, le coach qui a permis à l’équipe d’accéder en première division. Un choix qui met fin à toutes les informations qui ont circulé sur l’arrivée d’un remplaçant. Pour conforter cette décision, il lui a été confié d’établir une liste de profils à recruter. Kerkach est actuellement en Côte d’Ivoire pour recruter deux joueurs.

    Il se rendra, la semaine prochaine, en Belgique et aux Pays-Bas pour convaincre des joueurs marocains résidant en Europe à rejoindre le Mouloudia. D’autres contacts sont en cours avec des joueurs évoluant dans le championnat national pour renforcer l’effectif de l’équipe. Au moins une dizaine de joueurs sont à recruter.

    En matière d’infrastructure sportive, Oujda dispose de plusieurs terrains de football dont le complexe sportif avec une capacité de 23.000 spectateurs. Au cas où le Maroc abritera la Coupe du monde 2026, un nouveau complexe sera édifié. Il sera le premier terrain écologique au monde, relève-t-on du dossier de candidature du Maroc pour abriter la Coupe du monde 2026.

    De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc