Société

Organisation de la Coupe du monde: Les Marocains disent oui

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5278 Le 23/05/2018 | Partager
Quels que soient leur profil, leur milieu de résidence, ils sont en majorité pour
110.000 nouveaux emplois, 2,7 milliards de dollars, 6 stades… à la clé
La task force annonce sa décision ce 29 mai
maroc_2026_078.jpg

Les Marocains sont quasi unanimes sur le fait que l’organisation de la Coupe du monde 2026 serait bénéfique au pays. Ils sont, quels que soient leur niveau social, leur sexe ou leur âge, plus de 8 sur 10 à le penser. Même par niveau d’instruction et milieu de résidence, les avis convergent largement

L’engouement des Marocains pour l’organisation de la Coupe du monde de football en 2026 est indéniable! 82% pensent qu’elle serait bénéfique pour le Royaume, selon la dernière enquête L’Economiste-Sunergia (https://groupe-sunergia.com/). Quels que soient le milieu dans lequel ils résident, leur sexe, leur catégorie socio-professionnelle ou leur niveau d’instruction, plus de 8 Marocains sur 10 (en moyenne) estiment que l’économie marocaine profiterait des bienfaits de l’organisation du mondial en 2026.

Les habitants des régions de Casablanca, Rabat, Fès et Marrakech, en particulier, en sont légèrement plus convaincus. Par âge, il n’y a pas non plus de grande différence. Néanmoins, du côté des adultes âgés entre 35 et 44 ans et des 55-64 ans, le consensus semble plus fort.

Le Maroc, qui en est à sa 5e tentative, a défendu son projet pour remporter l’organisation du premier mondial à 48 équipes de l’histoire. Mais le chemin pour accueillir l’événement le plus important du monde du football est semé d’embûches. A la solidité du dossier concurrent, porté par le trio USA, Canada et Mexique, il faut ajouter la task force.

Cette commission chargée de l’évaluation des candidatures doit annoncer mardi 29 mai la recevabilité, ou pas, des deux candidatures.
Le vote final est prévu le 13 juin prochain, lors du 68e congrès de la Fifa qui désignera le pays hôte de la compétition dans 8 ans.

Outre l’honneur que constitue l’organisation d’un tel événement, les retombées économiques de la Coupe du monde pourraient être conséquentes. Il s’agirait d’un réel vecteur de croissance pour un pays comme le Maroc.

Chiffres à l’appui, le budget estimé pour abriter le mondial en 2026 s’élève, comme nous l’annoncions dans notre édition du 19 mars 2018, à 15,8 milliards de dollars d’investissements. Dans cet enveloppe, Moulay Hafid Elalamy a assuré que 13,8 milliards sont déjà inscrits dans des stratégies sectorielles du pays.

organisation_de_la_coupe_du_monde_078.jpg

Seule une minorité (9% des sondés) a estimé que la Coupe du monde ne serait pas bénéfique au Maroc. Certains pensent, en effet, que le pays compte des chantiers plus urgents

Seuls les deux milliards de dollars restants devraient être fournis par la partie du budget à réallouer, qui est  estimée à près de 12% par an sur les huit prochaines années. Il est, à ce titre, anticipé que la compétition puisse permettre de créer 110.000 emplois, et générer, entre 2019 et 2026, un impact positif pour l’économie marocaine de près de 2,7 milliards de dollars.

Cela devrait se traduire, selon le comité d’organisation Morocco 2026, par de nombreuses réalisations. A commencer par les stades: outre les enceintes déjà existantes, il est prévu la construction de 6 nouveaux stades aux normes Fifa, dont ceux d’Oujda et d’Ouarzazate. Avec comme principale nouveauté, pour éviter les erreurs des précédentes coupes du monde, l’introduction de la notion de modularité.

Ces stades seraient à la fois respectueux de l’environnement et facilement réductibles en fonction des besoins locaux jusqu’à 20.000 places. Ils pourraient, également, être transformés après l’événement en équipements ouverts sur la ville, lui offrant de nombreuses opportunités pour la pratique sportive et les activités culturelles des habitants.

Il y a, en outre, le volet santé qui est essentiel, puisque le comité Maroc 2026 promet la construction, à terme, de 21 nouveaux hôpitaux. Sans oublier l’aspect infrastructures, avec la réalisation d’un tunnel entre Marrakech et Ouarzazate pour désenclaver la zone.

Sur le plan touristique et de capacité d’accueil, le Royaume a enregistré plus de 11 millions d’arrivées en 2017, soit plus que certains pays qui ont déjà organisé la Coupe du monde, comme l’Afrique du Sud (10 millions) et le Brésil (6 millions). La capacité hôtelière a suivi, puisqu’elle a atteint les 100.000 chambres en 2017. Ce chiffre devrait être augmenté de 70% d’ici 2026.

Fiche technique

L’enquête de Sunergia a été réalisée du 5 avril au 10 mai 2018 à travers des appels téléphoniques aléatoires sur système CATI auprès de 1.000 personnes. Cinq critères de quotas ont été retenus, à savoir le sexe, l’âge, le milieu, la région et la catégorie socioprofessionnelle. La CSP a elle-même été définie sur 5 critères que sont le revenu du ménage, la profession du chef de ménage, le niveau d’instruction, le type d’habitation et l’âge.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc