Economie

Les entreprises relancent leurs investissements

Par Franck FAGNON | Edition N°:5264 Le 03/05/2018 | Partager
L’encours des crédits à l’équipement en hausse de 12,8%
La reprise touche quasiment toutes les branches d’activité
La demande des ménages se maintient
investissment_entreprises_064.jpg

Le retard dans la formation du gouvernement avait perturbé les investissements des administrations et des entreprises publiques en 2017. Aujourd’hui, les prêts à l’équipement aux entreprises publiques affichent des hausses à deux chiffres, ce dont profitent aussi les sociétés privées. Mais, ce regain est aussi imputable à la légère accélération de la croissance non agricole. Pour la première fois, elle est au-dessus de 3% au premier trimestre depuis 2015

La croissance des crédits à l’économie à fin mars accuse un retard de plus d’1 point de pourcentage par rapport à la même période en 2017 (3,1% contre 4,5%). Dans ce ralentissement, il y a cependant des motifs d’espoir surtout au niveau de l’investissement. L’encours des prêts à l’équipement a augmenté de 12,8% sur un an. C’est le double de la progression enregistrée à la même période l’année dernière.

Le retard dans la formation du gouvernement avait perturbé les investissements des administrations et des entreprises publiques en 2017. Il justifie en partie les fortes hausses qu’on observe aujourd’hui pour ces agents économiques (+12,2% pour les premiers et +35,3% pour les seconds).

Ce retour à la «normale» profite aux entreprises privées encore trop nombreuses à dépendre fortement des marchés publics. Les crédits à l’équipement aux sociétés privées ont progressé de 6,8% contre 3,6% à fin mars 2017.

La demande des entreprises est aussi stimulée par l’accélération de la croissance de la valeur ajoutée non agricole. A 3,2% au premier trimestre (source HCP), elle dépasse les 3% sur les trois premiers mois pour la première fois depuis 2015. Excepté les industries alimentaires et tabac (-5,8%), les crédits à l’équipement sont en hausse dans toutes les autres branches d’activité.

Il faudra observer prochainement le comportement des entreprises pour savoir si elles ont réellement retrouvé confiance. L’encaissement de 10 milliards de DH au titre des crédits de TVA devrait atténuer la tension sur les trésoreries de nombreuses entreprises et leur octroyer plus de marge de manœuvre.

En attendant une reprise vigoureuse et durable de la demande des entreprises (les sources de financement alternatives sont encore très peu utilisées), la croissance du crédit repose fortement sur les dépenses des ménages. La hausse des crédits à l’habitat a cependant ralenti à 3,4% à fin mars 2018 contre une progression de 4,8% en 2017. L’encours des prêts destinés à la consommation, lui, a affiché une croissance de 4,7%.

Pour 2018, Bank Al-Maghrib anticipe une croissance de 4,5% du crédit. Les banques, elles, sont plus optimistes avec une prévision supérieure à 6%. Reste à savoir l’impact qu’aura l’application de la norme IFRS 9 sur l’offre de crédit.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc