×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    France/Allemagne: Des projets en commun notamment sur la Défense

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5256 Le 20/04/2018 | Partager
    Macron les a détaillés à Berlin en présence de Merkel
    Le dossier syrien ravive les divergences

    Lors de son déplacement à Berlin, Emmanuel Macron a souhaité réclamer davantage de solidarité financière en zone euro dans le cadre de son projet de «refondation» de l'Europe. Mais il n'a pu obtenir qu'une réponse très réservée d'Angela Merkel.
    «Sur le plan économique et monétaire, nous devons mieux réarticuler responsabilité et solidarité entre Etats», a déclaré à la presse le chef de l'Etat français aux côtés de la chancelière allemande.

    En clair: «ne pas seulement donner la priorité aux mesures punitives, comme le contrôle des déficits et de la dette. Mais aussi à des mécanismes d'entraide et de soutien à la croissance». Concrètement, la France appelle de ses voeux la création d'un budget autonome pour soutenir les investissements et la croissance ou la création d'un poste de ministre des Finances de l'Union monétaire.

    Après être restée largement silencieuse pendant des mois en raison de ses difficultés politiques intérieures, Angela Merkel se fait entendre sur le sujet depuis qu'elle est parvenue difficilement à constituer un gouvernement en mars.

    Et elle le fait pour marquer sa différence, alors qu'elle est sous pression croissante de son parti conservateur qui lui demande de ne rien lâcher. La chancelière a ainsi insisté à Berlin sur la nécessité pour les gouvernements de faire des économies budgétaires et des réformes pour rendre leurs économies plus compétitives.

    Berlin et Paris ont en effet pour objectif de présenter une feuille de route commune pour des réformes de l'Europe post-Brexit en juin en vue d'un sommet européen sur le sujet. Un conseil ministériel franco-allemand préparatoire est programmé le 19 juin.

    Un des chantiers les plus immédiats porte sur l'Union bancaire en Europe, un projet de gestion commune des faillites des banques après la crise de la dette en zone euro, dont Macron a rappelé que la France souhaitait son accomplissement dès que possible.

    Mais Angela Merkel a réitéré le refus de son pays de mettre en œuvre dans l'immédiat le troisième et très important pilier de ce projet: la création d'un fonds européen de garantie bancaire des dépôts des particuliers. L'Allemagne reste ouverte à cette idée mais «pas dans un avenir proche».

    Dans le domaine militaire, Paris s'est allié aux Etats-Unis de Donald Trump pour les frappes en Syrie, auxquelles l'Allemagne a refusé de participer. Et Emmanuel Macron voit aujourd'hui son projet de «refondation» de l'Europe contrarié par des blocages allemands, notamment sur la zone euro où Berlin redoute de devoir payer pour les autres pays.

    F. Z. T. avec agences

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc