×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Managem engage un sprint pour sa croissance

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5237 Le 26/03/2018 | Partager
    4 milliards de DH d’investissement d’ici 2020
    Repositionnement sur le cobalt pour suivre l’explosion de la demande
    Hors élément exceptionnel, le bénéfice a progressé de 52% en 2017!
    managem_chiffres_037.jpg

    Le chiffre d’affaires a dépassé la barre de 5 milliards de DH l’année dernière. La volonté de Managem est d’équilibrer son portefeuille de sorte à limiter l’impact lié à un retournement de contexte sur un métal. Sur l’or, le groupe a redéployé ses forces en Guinée et au Soudan

    Le deal avec le chinois Wanbao Mining(1)  a propulsé les profits de Managem à 879 millions de DH en 2017, soit le triple de l’exercice précédent. Même retraitée de cet élément exceptionnel, la croissance du résultat net part de groupe ressort à 52%!
    «Tous les signaux sont au vert pour que les efforts que nous menons depuis deux ans commencent à donner leurs fruits», s’est réjoui Imad Toumi, président directeur général lors de la présentation des résultats annuels.

    Le signal le plus important vient de la hausse des cours des métaux. Le cobalt en particulier bat des records. Les cours ont doublé en 2017 à plus de 25 dollars la livre (équivalent de 0,453 kilogramme). Le métal coûte actuellement aux alentours de 40 dollars.

    Les changements réglementaires en Europe notamment et la transition vers les voitures électriques, font exploser la demande des constructeurs automobiles qui veulent sécuriser leur approvisionnement en cobalt, essentiel pour fabriquer les batteries. Managem qui produit environ 2.000 tonnes de cobalt par an revoit complètement sa stratégie sur ce métal.

    L’industriel va relancer les investissements (un budget de 200 à 300 millions de DH sur les trois prochaines années) sur le site de Bouazzer avec en ligne de mire le doublement de la production de cobalt à moyen terme. En outre, le groupe va investir dans le recyclage de batterie.

    «Il est important d’être sur les deux bouts de la chaîne pour pouvoir maîtriser les flux, c’est-à-dire à la fois le cobalt primaire et le secondaire qui viendra du recyclage», note le président de Managem. Le développement de ce segment pourrait se faire avec des partenaires. Le groupe est actuellement en discussions avec quelques uns.

    managem_chiffres_1_037.jpg

     Les bénéfices du groupe minier ont été rehaussés par la cession d’actifs en République démocratique du Congo. Retraités de cet élément exceptionnel, ils progressent quand même de 52%

    De façon générale, le contexte est de nouveau favorable aux investissements. «Quand les cours sont en hausse et que vous n’avez pas de volumes, vous ne faites que constater la hausse», relève Toumi. L’industriel va donc accélérer les investissements pour augmenter ses capacités de production. Il prévoit d’engager 4 milliards de DH d’ici 2020. Il a récemment reçu l’appui de ses actionnaires après une augmentation de capital de 973 millions de DH.

    La hausse des cours et les performances opérationnelles ont généré un cash flow de 483 millions de DH l’année dernière. Par ailleurs, la réduction de l’endettement lui confère plus de marge de manœuvre pour financer ses prochains investissements. Pour accélérer sa croissance, Managem va également miser sur des partenariats. C’est un changement important dans la philosophie de l’entreprise. Cela permet, entre autres le partage de risque, sur des marchés difficiles. Le groupe a confirmé ses objectifs de production de 8 tonnes d’or à l’horizon 2020. La mine de Tri-K en Guinée y contribuerait à hauteur de 3,5 tonnes d’or par an. Le démarrage de la production est attendu en 2020.

    Managem table à court terme sur une production de 2 tonnes par an de son actif au Soudan. L’année dernière, il avait produit 802 kilogrammes. Pour atteindre son objectif sur l’or, l’industriel examine toutes les options. L’acquisition d’une mine existante en fait partie. Le patrimoine au Soudan recèle un potentiel jugé important, mais nécessitera au moins 60 millions de dollars (environ 600 millions de DH) d’investissement sur les trois prochaines années, rien que dans l’exploration. «Si nous voulons pleinement profiter du potentiel de ce site, il serait bien d’avoir un partenaire sur la partie exploration», espère Imad Toumi.

    Au niveau du cuivre, la cible reste toujours les 250.000 tonnes d’ici 2020. Le plan stratégique prévoit aussi une production de 300 tonnes métal d’argent à moyen terme. «La feuille de route n’est pas gravée dans le marbre. Il faudra être agile pour s’adapter aux changements de contexte», précise le président de Managem. A côté des projets de développement de la mine, le groupe va augmenter sa production d’argent de 30 tonnes métal par an grâce à un investissement de 100 millions de DH dans une unité de traitement des rejets de l’usine.

    -----------------------------------------------------------

    (1) Suite à la restructuration des actifs en République Démocratique du Congo, Managem a cédé 61,2% de Lamikal à Wanbao Mining. Managem y détient encore une participation minoritaire de 20%.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc