Société

Benatiq courtise les Marocains des Emirats

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5232 Le 19/03/2018 | Partager
Un forum des compétences organisé dans le cadre de la région 13 de la CGEM
Objectif: mettre à contribution ce capital humain, occupant des postes stratégiques dans leur pays d’accueil
Les avantages du statut CFC expliqués à la diaspora pour les inciter à investir au Maroc et en Afrique
abdelkrim-benatiq-adil-zaidi.jpg

Abdelkrim Benatiq, ministre délégué en charge des MRE, et Adil Zaidi, en charge du dossier de la région 13 à la CGEM, ont mis l’accent sur l’importance d’une plus grande implication des Marocains des Emirats dans les grands chantiers lancés, en profitant notamment des facilités introduites par la plateforme mise en place par le patronat (Ph. Bziouat)

Après un premier rassemblement avec les Marocains d’Allemagne, tenu dernièrement à Tanger, Abdelkrim Benatiq, ministre délégué en charge des MRE, veut mobiliser les compétences nationales des Emirats arabes unis. C’est dans cette logique que s’inscrit le Forum, organisé vendredi dernier à Rabat. L’objectif est de favoriser «une plus grande implication de ces compétences dans les projets de développement au Maroc».

Le ministre a mis l’accent sur le potentiel énorme de talents marocains dans cet émirat du Golfe. «Ils ont réussi à accéder à des postes sensibles et participent à la prise de décision dans différents domaines dans ce pays», a-t-il dit. Actuellement, plus de 25.000 Marocains résident aux Emirats, dont plusieurs occupent des postes-clés dans différents domaines, est-il indiqué. C’est le cas notamment du secteur bancaire et financier, du tourisme, de la presse… Pour lui, il est important de mettre à contribution ce capital humain, notamment pour accompagner les projets du Maroc en termes d’investissement ou d’expertise.

Le département en charge des MRE et des Affaires de la migration compte dupliquer cette expérience avec les compétences marocaines aux Etats-Unis, au Canada et en France. A terme, l’idée est de mettre en place «une véritable base de données qui sera mise à la disposition des décideurs», a expliqué Benatiq.
Globalement, cette démarche s’inscrit dans le cadre d’un «changement d’approche, en passant d’une relation traditionnelle avec la diaspora, qui se traduit notamment par les transferts d’argent, à une relation qualitative, basée sur le transfert d’expertise», a-t-il dit. Cette dynamique est lancée dans le cadre de la région 13, mise en place par la CGEM. Le président de la commission en charge de cette région au niveau du patronat, Adil Zaidi, a mis l’accent sur les avantages d’une plus grande implication des Marocains des Emirats dans cette démarche. Ils pourront disposer d’un «réseau fédérateur, permettant des intermédiations de qualité et favorisant des rencontres virtuelles et physiques».

Ceci est d’autant plus important que les responsables de la CGEM sont conscients des difficultés auxquelles font face les MRE désirant investir au Maroc. «Ils expriment des craintes notamment concernant la lourdeur administrative ou encore les problèmes d’accès à l’information», fait-on savoir. D’où l’importance de cette plateforme qui permet «d’avoir des informations précises et un accompagnement personnalisé», selon Zaidi. Celui-ci a lancé un appel aux compétences marocaines aux Emirats pour saisir les différentes opportunités d’investissement au Maroc et en Afrique. Même son de cloche chez Said Ibrahimi, DG de Casa Finance City. Il a mis en avant les différents avantages qu’offre le statut CFC et son implication dans le développement des transactions financières et commerciales. Idem pour son rôle au niveau du continent. Ibrahimi a rappelé que la plupart des entreprises CFC ont «une vocation africaine». Il a aussi détaillé l’offre en termes de facilités d’investissement et de business de façon générale, insistant sur la qualité des prestations, conformes aux normes internationales. Il a fait le rapprochement avec d’autres places financières internationales, notamment celles de Dubaï, de Singapour ou de Londres.

Réseau des avocats

Parallèlement à l’implication dans les projets de développement, le ministère en charge des MRE veut aussi mobiliser les compétences marocaines à l’étranger pour la défense des causes nationales. Surtout dans un contexte marqué par «la multiplication des attaques contre le Maroc, notamment en termes de chantage ou de complots juridiques», a expliqué Abdelkrim Benatiq. C’est dans ce cadre que s’inscrit la nouvelle initiative de création, samedi dernier, d’une association des avocats marocains dans le monde. «Il s’agit d’un rassemblement qui réunit des avocats marocains parlant 22 langues et autant de référentiels juridiques», selon le ministre. Pour lui, cette nouvelle structure devra «constituer un appui pour le Maroc dans son combat contre les attaques auxquelles il fait face au niveau international». 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc