×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Fès veut recaser ses marchands ambulants

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5219 Le 28/02/2018 | Partager
Des espaces dédiés au commerce social dans les 6 arrondissements
Un projet mené à la demande des autorités locales
fes-manifs-019.jpg

Après le soulagement des commerçants du quartier Saâda, c'est au tour de ceux du bd Mohammed V et l’avenue Lalla Meriem. Ne recevant presque plus de clients, ils appellent, eux aussi, les autorités à intervenir (Ph. YSA)

Après plusieurs années d’abstention, et à la demande du wali, les élus de la ville de Fès s’attaquent enfin au dossier des marchands ambulants. Driss El Azami El Idrissi, maire PJD de la capitale spirituelle, vient d'ailleurs de programmer ce point dans l’ordre du jour de la session de février.

Afin de mettre un terme à la problématique des marchands à la sauvette, les conseillers communaux ont voté à l’unanimité l’acquisition du foncier de recasement dans les six arrondissements de la ville. Ils retiennent en mémoire le succès retentissant de la libération du domaine public du quartier Saâda, une opération «pilote» menée à l’initiative des autorités locales.

Pour rappel, plus de 500 marchands ambulants qui squattaient les trottoirs de ce quartier, ont été recasés dans un «espace de commerce de proximité», mitoyen du lycée Al Qods. Aménagé grâce à l’Initiative nationale pour le développement humain, le nouvel espace est situé au quartier El Farah. Il est régi par un règlement intérieur de 8 articles, affiché à l’entrée du site. Ce cadre exige de chaque exploitant la propreté de son espace de commerce, la qualité des produits commercialisés et le paiement d’un loyer mensuel de 150 DH à l’association des marchands.

Pour ce qui est de la nouvelle opération, et après l’acquisition du foncier, la commune procèdera à l’aménagement de marchés fixes en faveur des vendeurs ambulants. Propres et régulés par des normes d’hygiène, ces marchés permettraient d’améliorer les conditions de travail de ces vendeurs.

Selon la mairie, un terrain d’une superficie de 3.500 m2 sera dédié à cette opération dans l’arrondissement de Fès-Médina, 640 m2 dans l’arrondissement de Saïss, 3 terrains de plus de 8.000 m2 dans l’arrondissement de Sehb El Ouard, 7.000 m2 à Jnanate, 5.000 m2 à Zouagha et 10.800 m2 à l’arrondissement Mérinides.

Dans ce dernier arrondissement, un terrain a été déjà aménagé mais les marchands ambulants squattant le grand rond-point principal, situé en face du cinéma Achchaâb, refusent leur recasement. Pourtant, ils n’hésitent pas à payer les places occupées à la bande de voyous qui les protège. L’on parle ici d’une «rente» quotidienne de 60 DH pour chaque marchand.

Signalons enfin que bien qu’elle soit dure et épineuse, l’opération de recasement des marchands ambulants permettrait de récupérer le domaine public. Elle devrait renforcer également la propreté et la sécurité de la ville.

De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc