Entreprises

Wafacash anticipe la disruption

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5219 Le 28/02/2018 | Partager
Premier bilan du programme Yellow Challenge: 5 projets sélectionnés
1 startup décroche un contrat d’exclusivité

Wafacash détecte les startups capables de disrupter son marché. Dans ce cadre, la filiale du groupe Attijariwafa bank, spécialisée dans les services financiers de proximité, combine ses forces à celles des startups de la fintech. Lancé courant 2017, Yellow Challenge, son programme d’open innovation, organisé en partenariat avec l’ong CEED Morocco, fait un premier bilan.

Le programme a été développé pour détecter les startup disposant de compétences techniques et métiers, capables de l’accompagner dans les actions prioritaires de son plan stratégique Orbite 2020. Pour la première année, 5 axes ont été développés: blockchain et smart contract; force de vente et chatbot ; dématérialisation et simplification de la gestion opérationnelle; nouvelles technologies et big data; ou encore smart learning et digitalisation des processus de formation.

«Le programme a connu un franc succès. Plus de 500 entrepreneurs ont manifesté leur intérêt. 76 dossiers de candidature ont été admis, 32 présentés devant un jury composé de managers de Wafacash et CEED, parmi lesquels 13 ont atteint la phase d’incubation et bénéficié d’un mentoring.

Au terme des sélections, 5 startups ou TPE ont été désignées pour rejoindre notre écosystème (Mchain, Bassite, Devcorp, Proactech…)», explique Moncef El Kharroubi, responsable projets stratégiques chez Wafacash. Le programme aboutit à la signature de contrats de partenariat à long terme avec l’établissement financier contrairement à des bons de commande, comme à l’accoutumée des open innovation.

«Les contrats sont en cours de préparation. Cependant, 1 projet sur 5 décrochera un contrat d’exclusivité avec nous, pour sa portée stratégique», fait valoir Kharroubi. Pour sa première édition, le sourcing du programme s’est focalisé principalement sur le Maroc.

Wafacash a intérêt à être proche du marché de la fintech. L’entreprise est positionnée sur un marché qui évolue rapidement. Cette approche lui permet de tirer profit de l’innovation pour booster son efficacité opérationnelle, d’accélérer le time-to-market en interne. Ce type de partenariat lui permet aussi d’adresser de nouvelles niches, de nouveaux segments de marché.

Un rapport de Capgemini, publié en juin 2017, recommande aux établissements financiers d’anticiper la "menace de la disruption" en combinant leurs forces avec celles des startups de la fintech. «Le succès futur des établissements financiers nécessitera un changement au profit d'un modèle bancaire plus ouvert. Pour la fintech, cela débloquera la créativité de tiers et générera des opportunités inconnues à ce jour de l'industrie», analyse le rapport.

Capgemini précise que 29,4% des clients bancaires, en Amérique du Nord, utilisent les produits et les services de fintech. Capgemini s'attend à ce que les partenariats entre entreprises financières - grandes et petites - deviennent un standard dans le fonctionnement du secteur. En effet, 91,3% des banques et 75,3% des fintechs déclarent s'attendre à s'associer à l'avenir.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc