Competences & rh

Comment les Américains repèrent les leaders

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5218 Le 27/02/2018 | Partager
jennifer_rasamimanana_018.jpg

Jennifer Rasamimanana, Consule générale des Etats-Unis à Casablanca: «Nous choisissons des candidats développant des sujets faisant partie de nos priorités, afin d’apprendre et de partager de nouvelles expériences» (Ph. Consulat général des Etats-Unis à Casablanca)

 Des milliers d’influenceurs et de leaders dans différents domaines sont invités chaque année aux Etats-Unis, dans le cadre de programmes d’échanges. Parmi eux, le IVLP (International Visitor Leadership Program), le programme phare dédié aux visiteurs internationaux, vieux de 70 ans. Quelque 200.000 personnes en ont profité à ce jour, afin de vivre de nouvelles expériences et de partager leur propre vécu avec différents acteurs américains.

Chaque année, un seul profil est choisi au niveau mondial pour la tournée IVLP Gold Star. En 2017, c’était le président de l’ONG Tibu, Mohamed Amine Zariat. Pour en bénéficier, il faut se faire remarquer! La Consule générale des Etats-Unis à Casablanca, Jennifer Rasamimanana, nous en livre les détails.       

- L’Economiste: Sur quels critères vous basez-vous pour sélectionner les bénéficiaires du programme?
- Jennifer Rasamimanana:
Nous choisissons des leaders, actuels ou en devenir, dans un domaine, représentant la diversité de leur pays et s’intéressent à des sujets faisant partie de nos priorités. Ils sont sélectionnés pour partir aux Etats-Unis afin d’apprendre et de partager de nouvelles choses, et revenir ensuite dans leur pays. Ce sont généralement des profils qui n’ont pas plus de 40 ans, qui ont encore une longue carrière devant eux. Ils sont nommés par les équipes de la mission américaine qui ont déjà travaillé avec eux sur des projets. Vous ne postulez pas pour l’IVLP, vous êtes remarqué par vos efforts. Les personnes identifiées bénéficient d’un voyage thématique de 2 à 4 semaines, en fonction de leur spécialité, dans de grandes et petites villes pour découvrir le pays dans toute sa diversité. Si, par exemple, nous prenons un homme politique actif au niveau d’une région, nous lui faisons découvrir comment nous nous organisons au niveau régional aux Etats-Unis, à travers une tournée dans plusieurs villes.  

- Comment procédez-vous pour l’IVLP Gold Star?
- Cela se passe tout d’abord au niveau du pays. Nous regardons parmi nos alumni ceux que nous pouvons nominer. Tous les pays procèdent à des nominations, une commission aux Etats-Unis étudie ensuite les candidatures et décide qui sera la gold star. Nous nous intéressons à des sujets qui nous sont importants: politique, croissance économique,  sujets sociaux, autonomisation des femmes, entrepreneuriat, environnement, journalisme, enseignement, l’art et le sport comme outils d’autonomisation et d’épanouissement des jeunes… Chaque année, un ancien lauréat du programme, qui a continué à créer, à innover et à être leader dans son domaine est choisi. Cette année, nous avons choisi un dont on a été fiers, c’était Mohamed Amine Zariat.

- Justement, quelles sont les qualités qui ont joué en faveur de Mohamed Amine Zariat?
- Il a été le candidat le plus accompli et le plus influent parmi tous les IVLP dans le monde. Il est partenaire de la mission américaine depuis longtemps. Nous partageons les mêmes valeurs sur l’importance du sport, de l’inclusion et de l’épanouissement des jeunes. Nous avons travaillé ensemble sur plusieurs projets. Dernièrement, nous avons financé l’extension de Tibu dans le Nord. Nous avons surtout aimé la façon de Amine de voir le monde, son optimisme et sa manière de défier toutes les barrières… Il est jeune, mais très motivé, avec une bonne idée déjà mise en place pour aider les jeunes à s’épanouir.

Propos recueillis par Ahlam NAZIH

                                                                                  

2.000 bénéficiaires marocains

leaders_marocains_018.jpg

L’annuaire des alumni marocains est bien garni. De nombreuses personnalités marocaines ont déjà effectué la tournée IVLP aux Etats-Unis. Parmi elles, de gauche à droite, le chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani (2006), la fondatrice de l’association Solidarité Féminine, Aïcha Ech-chenna (1996), l’animateur radio, Momo, et le journaliste d’Atlantic Radio, Fayçal Tadlaoui. Mais sur les 2.000 bénéficiaires marocains, seuls 3 ont été choisis pour être la gold star mondiale du voyage: Mohamed Amine Zariat (2017), président de l’ONG Tibu, Saïd El Kaoukaji (2015), premier enseignant au monde à avoir assuré la coordination du programme d’apprentissage de l’anglais, «Access», à des jeunes de 13 à 20 ans issus de milieux difficiles, et enfin Imad Elarbi (2011), directeur du Moroccan Center For Civic Engagement. Le IVLP est proposé au Maroc depuis 1957. 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc