Entreprises

Officine expo: Aborder le virage du pharmacien clinicien

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5218 Le 27/02/2018 | Partager
Education thérapeutique, sensibilisation et suivi des malades chroniques
Un rôle qui doit être reconnu et même rémunéré comme dans plusieurs pays
La baisse des prix des médicaments a amputé du tiers le CA des officines
officine-expo-018.jpg

Sothema, Laprophan, Sanofi, Pfizer, Maphar,… l’ensemble du secteur des médicaments et du paramédical opérant au Maroc ont répondu présent à la 15e édition d’Officine expo qui a rassemblé plus de 4.500 pharmaciens marocains et 520 officinaux étrangers (Ph Mokhtari)

«Le pharmacien de demain». C’est autour de cette thématique que s’est tenue la 15e édition d’Officine Expo à Marrakech. Un rendez-vous incontournable des pharmaciens d’officine et des industriels du médicament. C’est également le rendez-vous de la formation, l’information et l’innovation en matière de produits et services. Cette année, ce ne sont pas moins de 4.500 officines et une centaine d’exposants qui y ont participé.

«La réputation de notre grand-messe est désormais installée non seulement au Maroc, mais aussi dans le reste du continent. Nous continuons d’innover, de former et d’informer tous les acteurs du secteur pharmaceutique tout en confrontant nos expériences», indique Najia Rguibi, docteur en pharmacie et membre du comité scientifique d’Officine expo. Pour ce rendez-vous, les professionnels du médicament ont mis l’accent sur l’importance d’assurer le meilleur service aux patients.

«Il faut poser dès aujourd’hui les fondamentaux de la pharmacie de demain qui sera diamétralement opposée à celle d’aujourd’hui», arguent les professionnels. Le pharmacien doit en effet remplir des missions de sensibilisation, de conseil et de suivi, reconnues et même rémunérées dans certains pays. Ce n’est d’ailleurs plus un choix, comme le souligne Mohamed Jamal Zniber, pharmacien de Rabat et membre du comité de l’organisation d’Officine expo.

«Le statut doit passer de pharmacien dispensateur à pharmacien clinicien». Ces défis imposent plusieurs efforts en termes de mise à niveau des pharmaciens face à l’évolution rapide des sciences et découvertes scientifiques et des défis réglementaires. Le secteur des pharmaciens doit également capitaliser sur les coopérations avec les autres professionnels de la santé et renforcer la complémentarité.

Au Maroc, la question de la formation continue, pour laquelle aucune obligation légale n’existe aujourd’hui est essentielle d’autant plus que c’est le seul système de santé qui assure une véritable proximité même dans les régions les plus enclavées. Autre mission très importante de l’officine au Maroc ou ailleurs, la pharmacovigilance au comptoir. Ici encore, les pharmaciens sont aux premiers rangs: premier et dernier relais.

Les participants à Officine expo n’ont pas manqué d’insister sur le rôle du pharmacien vis-à-vis de toutes les catégories de populations à condition qu’on le soutienne. Car, au Maroc le secteur est au bord de l’asphyxie, indique Rguibi. La baisse des prix des médicaments a amputé du tiers le chiffre d’affaires des officines d’autant plus que le volume des ventes qui devait compenser ces baisses n’a pas suivi.

Et pour cause, estiment les pharmaciens, l’Etat n’a pas prévu de mesures compensatoires pour permettre la survie des officines. En France par exemple, l’Etat avait accompagné les pharmaciens à travers l’instauration des  soutiens compensatoires pour le traitement administratif, l’informatisation…

«Au Maroc et  à la veille de l’introduction des baisses des prix, nous avons reçu des promesses pour des dispositifs médicaux de ce genre, mais ces promesses n’ont jamais été tenues», regrette Rguibi. Aujourd’hui,  25% des pharmaciens se trouvent dans une situation financière catastrophique. Les pharmaciens demandent aux dirigeants un peu plus d’intérêt à cette profession qui réunit 12.000 pharmacies au Maroc, pour 1,2 million de citoyens reçus chaque jour.

Echanges africains

Tout comme l’an dernier, le salon des pharmaciens s’est focalisé sur l’Afrique. Objectif: renforcer les liens et la coopération sud-sud. Ainsi, la 15e édition d’Officine expo a tenu en parallèle à ses travaux un Meeting Pharma Africa durant lequel ont été abordés plusieurs thèmes:  transfert de technologie, formation des ressources humaines, médical Access, assurance-qualité des médicaments, réglementation, propriété intellectuelle, politique à l’investissement, mais aussi les partenariats clés, économiques, techniques et sociaux entre les différents pays concernés. Autant de sujets africains débattus par ce meeting continental et auquel 16 délégations officielles étrangères  y ont participé. Parmi elles, l’Algérie, le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Canada, la Côte d’Ivoire, la France, le Gabon, le Mali, le Maroc, la Mauritanie…

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc