Economie

Le patronat lance une charte climat pour 2018

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5216 Le 23/02/2018 | Partager
En partenariat avec la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement
Emergence d’une nouvelle économie verte à bas carbone

Sensibilisation, formation et accompagnement dans la mutation au développement seront les trois mots d’ordre du plan d’action 2018 de l’Initiative entreprises climat (IECM) de la CGEM. Le plan, dont l’objectif est de transformer le risque climatique en opportunité économique, a été présenté lors des journées régionales «Entreprises et changement climatique» organisées à Marrakech le 22 février.

«Il nous est apparu opportun de démarrer cette série de rencontres régionales dans la ville qui a accueilli la COP de l’action», indique Fadel Agoumi, directeur général délégué de CGEM. L’Initiative, créée en 2016, poursuivra donc son programme et ses actions auprès des entreprises pour les préparer à s’adapter aux changements climatiques.

Dans le programme d’action de 2018, l’IECM prévoit le développement d’une charte climat qui représentera les engagements de l’entreprise dans sa participation à la lutte contre le changement climatique et à l’émergence d’une nouvelle économie verte à bas carbone et résiliente, explique la directrice de l’IECM, Houda Bouchtia.

L’idée est que les entreprises puissent réaliser régulièrement leur bilan carbone avec une publication mensuelle, adopter un plan d’atténuation de leurs émissions en GES et le mettre en œuvre progressivement, évaluer et caractériser leur exposition aux risques directs et indirects liés au CC et leurs vulnérabilités face à ce défi et ses impacts.

Cette charte, à réaliser en partenariat avec la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, devrait, à moyen terme, aboutir à l’élaboration d’un label Climat. Autre mesure phare prévue pour  par l’Initiative, la mise en place d’une Plateforme public-privé pour les changements climatiques. Cette plateforme devrait associer des acteurs du secteur public en charge de ces aspects et les acteurs privés.

Son objectif est d’assurer une participation anticipée, planifiée et réussie du secteur privé à la mise en place de l’accord de Paris. En 2018, cette plateforme permettrait une participation effective du secteur privé aux négociations relatives au changement climatique et en particulier au dialogue de facilitation Talanoa 2018 (engagements issus de la 23e COP) ainsi qu’aux phases préparatoires de la mise en œuvre de la contribution déterminée au niveau national.

Rappelons que la conscience écologique de la CGEM date de 1994, avec l’engagement du patronat marocain pour l’environnement et le climat. A Marrakech, lors de la COP22, le patronat a obtenu le statut d’observateur au sein des COP.

Un guide pour l'environnement

La rencontre régionale de Marrakech sur les entreprises et le changement climatique a été aussi une occasion pour présenter le guide «Entreprises Climat Maroc» conçu par la CGEM. L’objectif est de sensibiliser les managers et de les préparer à anticiper, plutôt qu’à subir, les effets du changement climatique sur leur tissu productif. Ce manuel propose aux responsables techniques des entreprises, et aux consultants pouvant les accompagner, une démarche simple et accessible, permettant l’intégration des risques/opportunités dans leurs schémas de développement. Cette approche cible trois finalités: un accès à des approches et technologies permettant une atténuation des émissions de GES, un développement de l’entreprise adapté aux mutations de l’environnement, et enfin l’accès à des financements climatiques.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc