Entreprises

Télécoms: Les premiers impacts du déploiement de la 4G

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5211 Le 16/02/2018 | Partager
143% de croissance pour la LTE
44 millions d’abonnés pour 35 millions d’habitants
Le taux de pénétration du GSM grimpe à 126%
4_g_chiffres_011.jpg

Depuis son lancement, la technologie 4G a permis de booster les usages et la consommation de data. A fin 2017, le régulateur comptabilise près de 7 millions d’abonnés (soit 143% de croissance annuelle)

L’effet 4G continue de révolutionner les usages. L’Internet mobile 4G a atteint plus de 6,8 millions de clients à fin décembre 2017, contre 2,8 millions à fin 2016, soit une hausse annuelle de près de 143%. Pour l'Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), cette percée s’explique par l’amélioration de la couverture des réseaux 3G/4G en 2017.

En effet, les opérateurs ont engagé des investissements lourds pour le déploiement de nouveaux sites et la densification des réseaux 2G/3G/4G. «Cela a eu pour effet d’améliorer la qualité des services offerts et les débits des téléchargements», font valoir les opérateurs.

Le déploiement de cette technologie se traduit par l’accroissement de la consommation de data, au détriment de la voix. Cependant, le trafic sortant global est en baisse sur les réseaux, révèlent les chiffres de l’ANRT. Pareil pour les usages.
En effet, l’usage moyen sortant mensuel par abonné mobile a enregistré une baisse de l’ordre de 4,42% sur une année, passant de 113 à 108 minutes/client/mois entre 2016 et 2017.

Conjugaison de plusieurs facteurs

«Cette baisse est la conjugaison des effets de la baisse du trafic sortant global et de l’augmentation du parc des abonnés mobiles en 2017», explique l'ANRT. Pour les réseaux fixes et ceux de nouvelle génération, l’usage moyen sortant mensuel par abonné a enregistré une baisse de 10% sur une année, passant de 122 à 110 minutes/client/mois entre 2016 et 2017.

Côté tarifs, dans leur globalité, les prix de la communication ont stagné par rapport au quatrième trimestre 2016 du fait de la pression sur les marges. De ce fait, les opérateurs misent sur l’effet volume. Pour booster la consommation, les opérateurs multiplient les campagnes de promotion (jusqu’à multiplier par 17 le volume de la recharge).

Par ailleurs, le prix des communications mobiles, mesuré par le revenu moyen par minute (ARPM), qui s’établit à 0,23 DH HT/min à fin 2017, est en stagnation par rapport à la même période de 2016. Au niveau des réseaux fixes et de nouvelle génération, l’ARPM passe de 0,94 DH HT/min à fin 2016 à 1,05 DH HT à fin 2017. Quant au revenu moyen par client Internet mobile, il s’établit à 25 DH HT/mois à fin 2017, au même niveau qu’en 2016. Bien sûr que certains consommateurs font le mix data+voix.

Le parc mobile s’établit à 43,92 millions d’abonnés à fin 2017, pour 34 millions d’habitants. Ce record est étayé par le taux de pénétration du GSM qui atteint 126% et enregistre une hausse annuelle de 5,8%.

Nuance avec la mobilité restreinte

La répartition du parc mobile, selon le mode de facturation, fait ressortir une croissance annuelle de 10,38% du parc postpayé qui a atteint 3,29 millions d’abonnés. Le parc des abonnés prépayés s’est pour sa part établi à 40,62 millions d'abonnés à fin 2017, en hausse de 5,43% sur un an. Le volume global des minutes sortantes des réseaux mobiles s’est établi, durant l’année 2017, à 55,2 milliards de minutes, enregistrant une baisse de 4,2% par rapport à l’année 2016.

La baisse du parc du fixe avec mobilité restreinte se poursuit. Le fixe est en baisse et la tendance est normale. A l’heure de la mobilité et du smartphone, peu de personnes en voient l’utilité. Sauf pour les entreprises. L’une des stratégies mises en place par les opérateurs pour prolonger la durée de vie des abonnements du fixe est le lancement de packages incluant cette offre: MT Box chez Maroc Telecom (fixe illimité+internet haut débit+TV numérique donnant accès à une vingtaine de chaînes TV et plusieurs stations radio), offre Duo ADSL chez Orange, i-dar ADSL chez Inwi… Le parc du fixe (y compris de mobilité restreinte) marque une quasi-stagnation et s’établit à 2,05 millions d’abonnements. Ce chiffre porte la pénétration du fixe à 5,87% à fin 2017.

Il faut tout de même relativiser sur la taille de ce segment avec la prise en compte du fixe à mobilité restreinte. A fin 2017, le marché global de la téléphonie fixe à atteint 2 millions d’abonnés dont 193.000 en mobilité restreinte. La composante mobilité restreinte représente environ 9,4% du parc fixe et est en baisse de 33,3% sur un an.

Le SMS cède du terrain

Les mutations introduites par la 4G ont aussi plaidé en faveur de la messagerie gratuite via WhatsApp. En effet, le nombre des SMS a continué dans sa tendance baissière observée depuis quelques années. En 2017, il s’est établi à 6,3 milliards d'unités, en baisse annuelle de 22,1%. Le trafic sortant de la téléphonie mobile a atteint 1,4 milliard d'unités au 4e trimestre 2017.
Sur un tout autre registre, le parc de noms de domaine .ma compte 67.082, enregistrant ainsi une augmentation annuelle de 5,5% par rapport à fin 2016.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc