Economie

Centrales hydroélectriques: Deux projets autorisés pour le français Voltalia

Par Nadia DREF | Edition N°:5211 Le 16/02/2018 | Partager
Près de 500 millions de DH d’investissement avec une mise en service à partir de 2020
Ces centrales totaliseront une capacité installée de 17 MW
Quatre autres projets dans le solaire, l’éolien et l’hydro en attente d’autorisations
centrales_hydroelectriques_011.jpg

Le secteur énergétique a le vent en poupe. Le groupe français Voltalia vient d’annoncer deux nouveaux projets de centrales hydroélectriques, en marge du salon Photovoltaïca qui s’est tenu du 13 au 15 février à Marrakech. L’entreprise a obtenu l’aval du ministère de l’Energie, des Mines et du Développement durable suite aux avis favorables de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) et des Agences des bassins hydrauliques concernées, conformément à la loi 58-15.

Les deux centrales qui seront implantées au niveau du Moyen Atlas seront dotées d’une capacité globale de 17 MW (9,8 MW et 7,2 MW). L’investissement prévu s’élève à 500 millions de DH. Par ailleurs, la mise en service est programmée pour 2020. «Ces autorisations couronnent le travail de fond réalisé depuis 3 ans par notre équipe marocaine», déclare Sébastien Clerc, directeur général de Voltalia.

«La conception de ces projets est de nature à s’inscrire dans une démarche de développement durable et de protection de l’environnement. Elle  n’intègre pas la mise en place de grands barrages», confie Yoni Ammar, DG de Voltalia Maroc, créée à Rabat depuis 2015.

Les deux centrales hydroélectriques autorisées produiront de l’électricité qui sera vendue dans le cadre de contrats de gré-à-gré de long-terme qui sont en cours de négociation avec des clients privés.  «Ces centrales confirment la capacité de Voltalia à se positionner comme un partenaire de premier choix pour assurer l’approvisionnement en électricité de ses clients à un prix compétitif», fait valoir Yoni Ammar.

Le groupe français attend également la décision de la tutelle sur deux autres projets de centrales hydroélectriques. Ce qui portera la capacité totale installée par Voltalia à 40 MW. Cet opérateur développe également un projet éolien de 120 MW dans le Sud dont l’investissement s’élève à 1,8 milliard de DH. «Des discussions sont en cours avec l’ONEE pour l’obtention de l’autorisation provisoire très prochainement. Ce qui nous permettra de livrer très rapidement nos grands clients industriels», précise le DG de Voltalia Maroc.

Une autre unité solaire (2 MW) est en cours de réalisation par le groupe. «Nous disposons d’un portefeuille de projets solaires qui restent dans l’attente de la publication du zoning solaire et de la libération du marché de la moyenne tension prochainement comme annoncé par le ministre lors de Photovoltaïca, mais qui pourront être déployés rapidement pour approvisionner nos clients», explique le management.

Avec cette offre, Voltalia vise à devenir l’unique opérateur au Maroc qui saura proposer à ses clients un mix énergétique éolien/solaire/hydro pour optimiser leur facture énergétique. La filiale marocaine est dotée d’une équipe de 8 professionnels ayant une large expérience du secteur des énergies renouvelables au Maroc. En juin 2016, elle a racheté un acteur local Alterrya Maroc.

La maison-mère a été fondée en 2005. Voltalia est un producteur d'énergie et prestataire de services dans la production d'électricité renouvelable à partir des énergies solaires, éoliennes, hydroélectriques et de biomasse. Le groupe est présent dans 17 pays (dont le Maroc) répartis sur 4 continents.

Il compte 460 collaborateurs. A fin juin 2017, Voltalia a développé, vendu 732 MW et construit 1.247 MW. Le groupe français dispose de 1.175 MW en service. Il a une capacité installée de 508 MW. Son chiffre d’affaires a atteint 127 millions d’euros en 2016.

Ouverture progressive du marché électrique

Le ministère de l’Energie planche actuellement sur l’ouverture du réseau de moyenne tension aux énergies renouvelables. Un chantier très attendu par le secteur privé. «C’est un axe important de notre feuille de route, qui vise à encourager les investissements privés, à répondre à la demande des industriels pour le développement des projets d’énergies renouvelables et à poursuivre l’ouverture progressive du réseau et du marché électrique», a annoncé le ministre de tutelle, Aziz Rabbah, lors de l’événement Photovoltaïca. Les textes réglementaires sont en cours d’approbation. Ainsi, le décret n° 2-15-772 relatif à l’accès au réseau électrique national de moyenne tension a pris en considération l’équilibre financier des opérateurs basé sur une ouverture progressive et harmonieuse du réseau électrique de moyenne tension ainsi que la mise en place d’un cadre transparent, non-discriminatoire et stable pour les investisseurs, précise la tutelle. Des arrêtés conjoints définissant la trajectoire et les enveloppes des distributeurs sont en cours de finalisation et seront publiés prochainement.
Pour ce qui est du raccordement du photovoltaïque résidentiel dans le réseau électrique basse tension, la tutelle a lancé une consultation pour la réalisation d’une étude technico-économique et juridique fixant les conditions et les modalités d’accès à ce réseau électrique.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc