×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Le Maroc, meilleur modèle énergétique en Afrique

    Par Nadia DREF | Edition N°:5157 Le 28/11/2017 | Partager
    Trophée de la «meilleure stratégie d’Etat» sur le continent
    Le pays retenu pour la pertinence des opportunités d’investissements et de leur évolution
    Point fortà: Le développement des EnR dont le solaire
    energie-renouvelable-057.jpg

    La puissance installée de sources renouvelables a atteint 2.825 MW en 2016 (Ph. Bziouat)

    Bon point pour le Maroc qui compte devenir un hub énergétique régional. La feuille de route nationale de l’énergie a été primée en tant que «meilleure stratégie d’Etat» lors du Forum africain des investissements «Africa Investments Forum & Awards». L’événement s’est tenu le 23 novembre à Paris.

    Ce forum traite des grands enjeux actuels et futurs du développement économique en Afrique. Le trophée a été remis à Abderrahim El Hafidi, Secrétaire général du ministère de l’Energie, des Mines et du Développement durable, par l’agence de médias et de notation «Leaders League».

    Cette nouvelle distinction pour le Maroc à l’échelle continentale a été établie sur la base de nombreux critères dont la pertinence et la qualité des opportunités d’investissements et leur évolution au cours des trois dernières années. C’est un jury composé d’une soixantaine de professionnels des secteurs publics et privés qui a fait ce choix distinguant le Royaume parmi plusieurs pays africains candidats à ce prix.

    Lors de cette rencontre qui rassemble des décideurs européens et africains, ainsi que d’imminentes personnalités africaines, notamment gouvernementales, le SG Abderrahim El Hafidi a présenté la stratégie énergétique du Maroc. Une feuille de route basée essentiellement sur le développement des énergies renouvelables, le renforcement de l’efficacité énergétique, ainsi que l’intégration régionale des marchés et des réseaux énergétiques.

    Le SG a également mis en exergue les réformes structurantes mises en place qui ont permis la concrétisation des opportunités d’investissements offertes et l’aboutissement à des résultats très encourageants. Abderrahim El Hafidi a, par ailleurs, invité les pays africains à suivre le modèle énergétique marocain, qui est une référence à l’échelle régionale et continentale, compte tenu de l’importance du potentiel de ces pays en énergies renouvelables.

    Pour rappel, les trois dernières années ont été surtout marquées par le développement des énergies renouvelables. Concernant le secteur électrique, la période 2013-2016 a été marquée par la réalisation d'une capacité totale supplémentaire de 1.532 MW.

    S’y ajoute la signature de contrats d'investissement pour la réalisation de la plus grande centrale thermique au Maroc, dans la région de Safi (2x693 MW). D’ici 2021, le plan d’action du ministère prévoit la promotion de l'investissement privé pour réaliser des projets énergétiques de sources renouvelables. Et ce, dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions relatives à l'ouverture du réseau électrique moyenne tension (MT) et basse tension (BT) aux producteurs domestiques et tertiaires d'énergies renouvelables.

    Pour ce qui est des phosphates, il y a lieu de rappeler la réalisation d'un important programme d'investissement avec une enveloppe budgétaire d’environ 199 milliards de DH pour la période 2008-2025. Les mines ne sont pas en reste. Une attention toute particulière leur est accordée. D’ambitieux objectifs ont été fixés d’ici 2021: tripler le chiffre d’affaires (plus de 15 milliards de DH), multiplier par 10 les investissements (4 milliards de DH) et créer 30.000 emplois directs (le double).

    Il est également prévu, pour la période 2017-2021, le développement de capacités de stockage et de réception des produits pétroliers. L'investissement prévu est de 2,2 milliards de DH. Pour ce qui est du gaz naturel, la feuille de route prévoit la réalisation de centrales à cycle combiné fonctionnant au gaz naturel (CCGT), la réalisation d’une jetée maritime et le terminal GNL à Jorf Lasfar. L’investissement global de ce projet est estimé à près de 46 milliards de DH.

    EnR: Montée en puissances

    La période 2013-2016 a été marquée par une montée en puissance des programmes intégrés des énergies renouvelables. La puissance installée de sources renouvelables a atteint 2.825 MW en 2016, portant leur part à environ 34% de la puissance installée. Il y a eu également la mise en service de la première tranche du complexe solaire Noor Ouarzazate I d'une capacité de 160 MW et d'un investissement d'environ 7 milliards de DH. S’y ajoute le lancement de la construction des deux stations solaires, Noor Ouarzazate II et Noor Ouarzazate III d'une capacité de 350 MW et d'un investissement de 17 milliards de DH. Pour la réalisation de Noor PV I d’une capacité de 170 MW, un consortium d'entreprises a été sélectionné. Ont été également lancés, les travaux de développement de la centrale solaire de Noor Ouarzazate IV d'une capacité de 70 MW. Autre projet, le développement de l’éolien intégré de 850 MW à l’horizon 2020, avec un investissement total d'environ 12 milliards de DH. Et ce, sans oublier l’autorisation pour la réalisation de centrales hydroélectriques d'une capacité de 120 MW par le privé.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc