×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Puigdemont cherche l’asile politique?

    Par Amine SAHRANE | Edition N°:5139 Le 01/11/2017 | Partager
    Le président destitué, à Bruxelles, contacte un expert de l’asile politique
    Il affirme cependant être en Belgique par «liberté et sécurité»
    catalogne_referendum_039.jpg

    C’est en Belgique que le président catalan destitué Carles Puigdemont a trouvé refuge. Il a contacté lundi en Belgique un avocat nommé Paul Bekaert, expert des questions d’asile. Puigdemont a toutefois affirmé hier lors d’une conférence de presse à Bruxelles qu’il ne s’est pas rendu en Belgique afin de demander l’asile mais y resterait par «liberté et sécurité».

    Il n’a pas précisé jusqu’à quand il resterait en Belgique. Son avocat a également assuré à la chaîne de télévision flamande VRT que «M. Puigdemont n’est pas en Belgique pour demander l’asile». Bekaert a souligné que ce «premier contact» visait à se préparer juridiquement à ce que sera l’attitude de Madrid à l’égard de son client.

    L’avocat a cependant affirmé avoir une expérience de plus de 30 ans dans le domaine de l’asile, avec notamment l’extradition et l’asile politique de basques espagnols. Bekaert a en effet défendu Luis Moreno et Raquel Garcia. Le couple belge d’origine basque  a été soupçonné par l’Espagne d’être membre de l’organisation séparatiste basque ETA.

    Il est cependant très exceptionnel d’obtenir l’asile pour un ressortissant d’un pays de l’Union européenne, a déclaré Dirk Van Den Bulck à la chaîne francophone RTBF, commissaire général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA) en Belgique. Le pays d’origine du demandeur d’asile politique doit comporter un risque de persécution, a affirmé l’expert. Cela est contradictoire avec le respect des droits fondamentaux imposé à tout pays membre de l’Union européenne.

    L’ex-président de la Catalogne a également déclaré être prêt à accepter l’issue des élections régionales convoquées pour le 21 décembre par le gouvernement espagnol. «Je veux un engagement clair de la part de l’Etat (espagnol). L’Etat respectera-t-il des résultats qui pourraient donner une majorité aux forces indépendantistes?», a-t-il toutefois ajouté lors de la conférence de presse qu’il a tenue à Bruxelles.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc