×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le Nobel de la paix décerné à la campagne anti-nucléaire

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5122 Le 09/10/2017 | Partager
L'ICAN s'est mobilisée pour le traité d'interdiction de l'arme atomique
Les programmes de l'Iran et de la Corée du Nord au coeur des tensions
nobel_de_la_paix_022.jpg

«Maintenant plus que jamais nous avons besoin d'un monde sans armes nucléaires». C’est en ces mots que le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est félicité vendredi dernier de l'attribution du Nobel de la paix à la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN).

Le comité Nobel norvégien récompense la lutte contre ces armes de destruction massive au moment même où le président américain Donald Trump menace de remettre en cause l'accord sur le nucléaire iranien et hausse le ton face à la Corée du Nord. L'ICAN est une Coalition regroupant des centaines d'ONG. Elle s'est vu attribuer la prestigieuse récompense pour avoir contribué à l'adoption cette année d'un traité historique d'interdiction de l'arme atomique.

Soixante-douze ans après Hiroshima et Nagasaki, 122 pays ont adopté le 7 juillet à l'ONU un traité qui pose pour la première fois le principe de l'interdiction de mettre au point, stocker ou menacer d'utiliser l'arme atomique. Sa portée reste essentiellement symbolique puisque les puissances nucléaires ont toutes refusé d'y adhérer. L'Otan (dont la Norvège est membre) l'a condamné, invoquant notamment la menace nord-coréenne. «Le Nobel de la paix est un encouragement aux pays non-signataires pour qu'ils oeuvrent eux aussi à débarrasser la planète des armes nucléaires», a souligné la présidente du comité Nobel norvégien, Berit Reiss-Andersen dont les propos sont cités par l’AFP.

Le président Trump doit certifier avant le 15 octobre auprès du Congrès des Etats-Unis que Téhéran respecte ses engagements pris dans le cadre de l'accord de 2015. Lequel impose de strictes restrictions au programme nucléaire iranien en échange d'une levée des sanctions. Selon la presse américaine, il annoncera vendredi prochain son refus de le certifier, ouvrant la voie à une réintroduction de sanctions.

Ce qui pourrait faire dérailler l'accord. Les diplomates s'inquiètent des répercussions négatives d'une volte-face américaine sur le dossier iranien. Ceci au moment où la communauté internationale espère encore faire revenir la Corée du Nord à la table des négociations pour lui faire renoncer à ses propres ambitions nucléaires.

Le Nobel consiste en un diplôme, une médaille d'or et un chèque de neuf millions de couronnes suédoises (environ 943.000 euros). Il sera officiellement remis à Oslo le 10 décembre, date-anniversaire de la mort de son fondateur, l'industriel et philanthrope suédois Alfred Nobel (1833-1896).

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc