×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Recherche en communication politique/ Casablanca: La faculté d’Aïn Chock en force

    Par Amine SAHRANE | Edition N°:5035 Le 31/05/2017 | Partager
    Elle positionne son laboratoire doctoral sur des thèmes à fort potentiel
    Une enquête sur l’impact des débats télévisés
    communication-polique-faculte-035.jpg

    Le laboratoire de la faculté de droit d’Aïn Chock, unique en son genre dans la région, permettra aux chercheurs de partager et de faire connaître leurs travaux (Ph. Fotolia)

    La faculté de droit d’Aïn Chock à Casablanca monte en puissance dans la recherche en communication politique. Elle vient d’organiser sa première grande manifestation sur ce thème, samedi 20 mai, à travers le laboratoire Cirescop(1). Ce centre est «le premier laboratoire du genre au niveau national, régional et Arabe», souligne Abderrahim Outass, doctorant et membre du centre de recherche.

    Créé en 2011 par le professeur Rachid Arraichi, ce centre, qui assure une formation de type master et doctorat, vise à «centraliser et à canaliser la recherche en communication politique au Maroc», précise Outass. Lors de cette journée d’étude, plusieurs chercheurs ont exposé leurs travaux sur des thématiques variées en relation avec la communication politique.

    L’une d’entre elles concerne l’implication des Casablancais dans la vie politique. Cette enquête menée par Abderrahim Outass vise à étudier l’impact des débats télévisés sur l’opinion. L’étude a été réalisée sur la base d’un échantillon de 1.017 personnes. D’après le chercheur, «l’impression générale est que l’audience reste majoritairement satisfaite des débats télé». Il indique que «57% sont satisfaits de la qualité des animateurs, et environ 60% le sont par rapport aux thèmes débattus».

    Et d’ajouter que «l’analyse montre que les femmes et les chômeurs sont plus indulgents que les hommes et les travailleurs quant à la qualité des débats télé». L’enquête a également montré que «plus le répondant est instruit et plus il est critique vis-à-vis des débats».

    Pour sa part, le professeur Rachid Daouani s’est livré à une analyse sur la relation entre l’art, la création et la politique. Une approche aussi originale que pertinente. Selon Daouani, «rares sont les travaux sur le rapport direct entre l’artiste et le pouvoir, sauf pour quelques sociologues, tels que Max Weber». Au Maroc, la culture est «le dernier souci des partis politiques», s’indigne Daouani. A noter que le budget alloué par l’État à la culture ne dépasse pas 0,26%.

    Une situation qu’il qualifie de «misérable». D’après le chercheur, ce manque d’éducation artistique est l’une des raisons pour lesquelles les postures de certains politiciens «n’ont rien de correct, ni même de politiquement correct». La censure a également fait l’objet de cette analyse. Sujet incontournable lorsqu’on traite de la relation entre l’art et le pouvoir.

    Selon Daouani, «l’artiste est toujours en conflit avec le politicien». La pensée libre de l’artiste se trouve souvent heurtée à la «trinité des tabous. Manifestée par la religion, le représentant providentiel détenant le pouvoir, et la morale, cette trinité est à l’origine de tout acte de censure de toute création artistique qui pourrait contester ce pouvoir». D’autres communications ont porté sur les caractéristiques du discours politique en Côte d’Ivoire, l’utilisation des réseaux sociaux par les politiciens au Maroc, ou encore la performance communicationnelle des politiciens dans les débats télévisés.

    --------------------------------------------------------------

    (1) Centre international de recherches et d’études en sciences de la communication politique.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc