×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Al Hoceïma: L’Etat s’engage à accélérer les projets

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5030 Le 24/05/2017 | Partager
    Près de 6,5 milliards de DH pour le développement de la province
    Infrastructure: l’essentiel des investissements déjà déployé
    am_houceima_etat_030.jpg

    Les infrastructures de santé et routières concentrent beaucoup d’attentes. En projet, la construction d’un nouvel hôpital provincial (Ph. A.K.)

    Le cas d’Al Hoceïma n’interpellera pas exclusivement le ministère de l’Intérieur. Le casting de la délégation, composée de six ministres et de trois directeurs d’établissements publics, qui a fait lundi le déplacement dans la ville du nord, est là pour montrer que le traitement sera systémique.

    La mobilisation vise en tout cas à accélérer les projets programmés depuis 2015. Certains sont en cours de réalisation. D’autres attendent des procédures administratives ou n’ont pas encore trouvé de foncier pour leur réalisation. C’est le cas pour une annexe universitaire.

    Plus de 530 projets seront exécutés, selon Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, dans le cadre du programme «Al Hoceïma, Manarat Al Moutawassit» et pour lesquels 6,5 milliards de dirhams ont été alloués. Laftit a précisé que 90% des requêtes des différentes localités de la province sont contenues dans le programme de développement spatial de la province d’Al Hoceïma (2015-2019). Des projets pour consolider le positionnement économique de la province, améliorer le cadre de vie de ses habitants et préserver son environnement. 

    Dans le détail, il s’agit de la construction d’un barrage sur oued Ghiss (1,3 milliard de dirhams) pour assurer l’eau potable à toutes les localités de la province, la réalisation d’ouvrages de protection contre les inondations pour 12 centres (175 millions de dirhams), le  renforcement de l’infrastructure routière rurale (170 km), la construction d’un théâtre, d’un conservatoire de musique, d’une maison de culture et d’un musée océanographique.

    Toutefois, seuls 10 projets ont été réalisés depuis le lancement du programme «Al Hoceïma, Manarat Al Moutawassit» pour un investissement total de 178 millions de dirhams. Dix autres sont en cours de réalisation (146 millions de dirhams). «Les projets restants seront entamés vers le milieu de l’année en cours, juste après le parachèvement des dispositions préliminaires concernant chaque projet», avait précisé Laftit lors d’une précédente visite à Al Hoceïma. L’exemple le plus frappant dans le retard de l’exécution des travaux est la voie express Al Hoceïma-Taza qui enregistre un retard de deux ans (voir encadré).

    La délégation ministérielle s’est également rendue sur des chantiers du département de la Santé qui a bénéficié de 520 millions de dirhams pour la mise à niveau de l’hôpital Mohammed V, le centre oncologique, la construction d’un nouvel hôpital (374 millions de dirhams), d’un hôpital à Imzouren (réalisé à hauteur de 75 %), la construction de 5 centres de la santé et mise à niveau de 29 autres. De son côté, le secteur de la pêche nécessite de réelles interventions pour accompagner les 1.000 marins du port et la protection de leurs prises contre les attaques dévastatrices du grand dauphin qui les menace depuis 6 ans.

    Quant au département de l’Education, il a bénéficié de 400 millions de dirhams pour moderniser ses établissements et améliorer les indicateurs de formation dans la province. Ses élèves réalisent de meilleures moyennes au bac, mais sont obligés de poursuivre leurs études supérieures dans d’autres villes.
    La délégation ministérielle a tenu une réunion élargie avec les élus, les représentants de la société civile et la population locale, mais pas avec les meneurs de la marche-sit-in.

    Voie express et déclarations express

    Les travaux de construction de la voie express reliant Taza à Al Hoceïma (148,5 km), pour une enveloppe budgétaire de 3,3 milliards de dirhams, seront achevés au cours de l’année 2017, a indiqué, en décembre 2014, l’ancien ministre de l’Equipement, du Transport et de la Logistique, Aziz Rebbah. Or, nous sommes en 2017 et la voie express n’est pas achevée. C’est ce que vient de confirmer le nouveau ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara, lors d’une visite de chantier. «L’état d’avancement de ce projet d’envergure est de l’ordre de 70 %», a-t-il précisé. Et d’ajouter que l’ensemble des sections de ce projet reliant les villes de Taza et Al Hoceïma enregistre un avancement remarquable tant au niveau des tronçons achevés que des sections en cours de réalisation. La fin des travaux est pour 2019.

    De notre correspondant,
    Ali KHARROUBI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc