×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    L’entreprise, un acteur clé du changement climatique

    Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5015 Le 03/05/2017 | Partager
    En boostant sa responsabilité environnementale et sociétale
    La fonction RH et l’audit social au coeur des stratégies
    Les 3es RISM, l’occasion de se pencher sur le sujet
    entreprise_innovation_015.jpg

    Les 3es Rencontres internationales des sciences du management (RISM), organisées conjointement avec la 19e université de printemps de l’audit social sont prévues les 4 et 5 mai prochain à Marrakech. Un rendez-vous tourné vers la responsabilité environnementale et sociétale de l’entreprise (Ph. jarmoluk)

    Beaucoup de questions à l’ordre du jour. En effet, un vaste programme accompagne les 3es Rencontres internationales des sciences du management (RISM), organisées conjointement avec la 19e université de printemps de l’audit social et dont L’Economiste est partenaire.

    Chercheurs et praticiens vont ainsi échanger leurs expériences les 4 et 5 mai 2017 à Marrakech sur le rôle de l’entreprise en tant qu’acteur clé pour la concrétisation de solutions d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques. La thématique choisie étant sa responsabilité environnementale et sociétale avec en zoom l’apport de la fonction ressources humaines et de l’audit social. L’objectif est bel et bien d’inscrire l’entreprise en tant que levier majeur pour ces questions largement débattues depuis le MEDCOP22 et la Conférence des parties en novembre dernier.

    Une réflexion globale qui va aborder les manières de faire de la RSE à la fois un outil d’évaluation de la performance globale des entreprises, une opportunité de développement et un levier de compétitivité à l’échelle locale et internationale. Car plusieurs défis s’ajoutent à l’entreprise avec cette nouvelle ère du digital et des menaces climatiques. Le responsable des ressources humaines étant au coeur de ce tournant qui se profile.

    Avant tout, fidéliser les salariés. C’est ainsi que le programme de ces 3es Rencontres internationales prévoit un temps de réflexion sur les conditions de travail, le stress professionnel et la qualité de service perçue. Il s’agira également d’aborder l’importance stratégique du réseautage en petite entreprise, la diversité, les ambitions et les contraintes des femmes dirigeantes, l’effet «cluster» ou encore les principes d’un management responsable appliqués à l’enseignement.

    Le président de l’Institut international de l’audit social (IAS), Jean-Marie Peretti, est attendu pour parler de la valeur ajoutée, pour les organisations comme pour la fonction RH, de l’audit social, de ses apports, de ses limites et de ses méthodes. Son atout, une prise de température régulière pour savoir si les politiques engagées sont assez efficaces pour atteindre les objectifs.

    Ou comment permettre aux organisations plus d’agilité, de réactivité et de créativité à tous les niveaux pour s’adapter à des contextes mouvants en ces temps de bouleversements économiques ou culturels. Pour autant, cette transformation au service des objectifs stratégiques de l’entreprise place les directions des ressources humaines dans un exercice délicat. Il leur faut en effet concilier des enjeux de natures différentes entre business et RH, court et long terme.

    Tout en assurant la transformation de l’entreprise, les acteurs RH doivent en limiter les risques opérationnels, sociaux, juridiques, médiatiques, politiques et financiers, emporter l’adhésion du management et des collaborateurs, faciliter la mise en œuvre de l’organisation cible, créer les conditions pour faciliter le repositionnement professionnel des salariés, tout en préservant la qualité du dialogue social.

    Du pain sur la planche donc, que les participants de ces 3es RISM à Marrakech vont découper, disséquer et analyser pendant 2 jours pleins. Un travail commun au service d’une compétitivité durable.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc