×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Trump s’attaque aux importations d’acier

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5009 Le 24/04/2017 | Partager
Le président a signé un mémorandum demandant une enquête
Il invoque la défense nationale
Le marché mondial connaît une crise liée à la surproduction
trump_acier_importation_009.jpg

L’Association mondiale de l’acier prévoit une croissance de la demande mondiale de 1,3% à 1,53 milliard de tonnes.  Elle devrait croître de 0,9% en 2018, à 1,54 milliard de tonnes. La carte montre de fortes disparités de croissance entre régions. La Chine, qui représente 45% de la demande mondiale d’acier, devrait revenir à un taux de croissance plus modéré

Donald Trump durcit le ton sur les importations d’acier. Le président américain vient en effet de signer un mémorandum demandant au département du Commerce de mener une enquête le plus rapidement possible dans le cadre de l’article 232 de la législation commerciale américaine. Une procédure rarement invoquée qui s’appuie sur des arguments liés à «la défense nationale pour limiter l’importation de produits et de biens aux Etats-Unis».

L’article 232 a notamment été utilisé dans les années 1970 lors de la crise pétrolière et plus récemment en 2001 également dans le cas de l’acier. Elle donne 270 jours au département du Commerce pour examiner la situation et rédiger ses conclusions après en avoir informé le ministère de la Défense.

Les importations d’acier aux Etats-Unis avaient progressé de 19,6% au cours des deux premiers mois de l’année, selon le secrétaire au Commerce américain, Wilbur Ross. Elles représentent 26% des quantités d’acier disponibles sur le marché américain. «Ce qui met en péril la survie de ce secteur car les aciéries américaines ne fonctionnent plus qu’à 71% de leurs capacités», a assuré Ross.

Dans le précédent cas concernant l’acier en 2001, le ministère du Commerce avait finalement décidé de ne pas recourir à cette procédure, rappelle l’Association de l’industrie manufacturière américaine. Mais, au cas où il déciderait cette fois-ci que la situation justifie le recours à l’article 232, le département du Commerce pourrait décider, «avec l’accord du président américain, d’imposer des droits de douane élevés ou des quotas sur les importations d’acier», rapporte l’agence AFP. Les Etats-Unis n’imposaient jusqu’ici aucun tarif douanier sur l’acier mais soumettaient 152 catégories de produits dans ce secteur à des droits «antidumping».

Interrogé par la presse étrangère sur l’impact de cette décision sur les relations avec la Chine, Donald Trump a rétorqué: «Cela n’a rien à voir avec la Chine, ce qui se passe est au plan mondial». L’acier importé aux Etats-Unis vient principalement du Canada, du Brésil, du Mexique, de la Corée du Sud, de la Russie, de la Turquie et du Japon. La Chine ne représentant (selon les dernières statistiques disponibles pour février) que 54.622 tonnes sur un total mensuel de 2,43 millions de tonnes.

«L’économie chinoise est confrontée à des changements structurels induits par la tertiarisation de son modèle de croissance: un déclin de l’industrie au profit des services. La consommation domestique d’acier en Chine a donc déjà atteint son pic et continuera de décroître», avait soulevé Coface.

Surproduction

Le marché mondial de l’acier connaît actuellement une crise liée à la surproduction, ce qui entraîne une forte baisse des prix. Pékin, qui assure à elle seule environ la moitié de la production d’acier de la planète, est accusée par ses principaux partenaires commerciaux de vendre ses produits à perte. En réponse, elle s’est engagée à réduire ses capacités de production de 100 à 150 millions de tonnes par an d’ici à 2020, sur un total de plus d’un milliard de tonnes actuellement. Mais selon un rapport datant de février, elle a encore accru ses capacités de production en 2016.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc