×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Agro-industrie: «Le contrat-programme, une opportunité pour MedZ»

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5009 Le 24/04/2017 | Partager
Il boostera la commercialisation des agropoles de MedZ
Entre 800 et 900 millions de DH d’investissements en 2017
omar_el_yazghi_009.jpg

Omar El Yazghi, président du directoire de MedZ «Il ne faut pas que l’investissement s’arrête. C’est pourquoi nous développons ces zones, anticipant les besoins de nos clients et des prospects (Ph.YSA)

- L’Economiste: MedZ réalise 3 des 6 agropoles prévues par le PMV. Quel est l’état d’avancement de ces projets?
- Omar El Yazghi:
Aujourd’hui, nous avons deux agropoles qui sont opérationnelles, à savoir l’Agropolis de Meknès (106 ha) et celle de Berkane (50 ha). Pour ces deux projets, l’investissement est finalisé et les clients s’installent déjà. Pour ce qui est de la commercialisation des lots, elle avoisine les 50% à Meknès et 70% à Berkane. Nous avons à la fois des PME et des grands comptes au niveau de ces deux zones. A Berkane, nous avons 100% d’entreprises marocaines dont une grande structure de Diana Holding (280 millions de DH d’investissement), une coopérative spécialisée dans les produits laitiers et des firmes exportatrices de la fromagerie. Ces implantations ont permis à ce jour de créer quelque 1.500 emplois. Sur Meknès, c’est plus varié dans le sens où on a des multinationales, mais aussi des grandes PME de Casablanca et beaucoup de PME de la région de Meknès. Les unités opérationnelles emploient plus de 6.000 personnes. Enfin, pour l’agropole de Souss Massa, les travaux d’aménagement ont été lancés fin 2016 et la finalisation des investissements est prévue pour juin prochain. Je pense que la 1re tranche (32ha) sera entièrement commercialisée d’ici fin 2017. A noter que l’investissement engagé par MedZ pour l’aménagement des trois agropoles avoisine 1 milliard de DH.

- L’aménagement de l’agropole de Béni-Mellal a été confié à Sapino (filiale de la SNI). Est-ce qu’il s’agit d’une concurrence ou d’une complémentarité?
- Nous agissons dans un secteur où plus il y a d’intervenants, plus il est attractif. Si on était resté tout seul, il fallait s’inquiéter pour MedZ. Le fait qu’il y est aujourd’hui un certain nombre d’intervenants comme Sapino, Tmsa, Al Omrane et d’autres acteurs privés (à Casablanca notamment) permet d’initier nombre de projets un peu partout au Maroc. Ce qui serait ingérable pour un seul acteur. Donc, plus il y a d’intervenants, plus il y aura de demande pour le foncier industriel.  

- Le contrat-programme signé lors des Assises est plutôt une bonne nouvelle pour MedZ…
- Tout à fait. Ce contrat-programme vient dans la continuité du PMV. A son démarrage, cette stratégie a mis les moyens pour faire évoluer la production des filières agricoles. Aujourd’hui, le nouveau contrat-programme signé permettra une accélération au niveau industriel. Pour MedZ, il s’agit d’une véritable opportunité dans le sens où l’Etat met en place des aides très importantes (plus de 4 milliards de DH) encourageant l’investissement dans l’agro-industrie. C’est similaire à ce qui a été fait dans d’autres secteurs tels l’aéronautique, l’automobile, etc. Cet appui donnera une impulsion réelle à la création d’industrie de valorisation des produits. En parallèle, le contrat-programme prévoit un accompagnement au niveau de l’export. Les débouchés ne se situent pas seulement au niveau du Maroc, il y a aussi un fort potentiel à l’export. Ainsi, le nouveau contrat-programme est un point d’inflexion par rapport au développement du secteur agro-industriel. Il permettra l’accélération des investissements et la création d’emplois et de la valeur ajoutée, particulièrement au niveau des agropoles.
Propos recueillis par Youness SAAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc