×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Bercy publie ses prévisions à la veille des élections

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5002 Le 13/04/2017 | Partager
Le déficit public serait ramené à 2,8% du PIB pour 2017
Le taux de croissance maintenu à 1,5%
C’est au prochain gouvernement de respecter la trajectoire
indicateurs_economiques_france_002.jpg

Croissance, déficit… Bercy garde le cap à quelques jours du 1er tour des présidentielles. Le Haut conseil des finances publiques, organe indépendant évaluant la crédibilité des prévisions budgétaires, a évoqué dans un avis les risques pesant sur la réalisation de ces objectifs

A quelques jours de la présidentielle française (1er tour au 23 avril et 2e tour au 7 mai), le gouvernement a réitéré son engagement de ramener le déficit public sous la barre des 3% du produit intérieur brut (PIB). Dans son programme de stabilité qui doit être communiqué d'ici fin avril à Bruxelles, le ministère des Finances a révisé légèrement à la hausse sa prévision de déficit public pour 2017, à 2,8% du PIB contre 2,7% auparavant. La tendance haussière se poursuivra en 2018 et 2019 de respectivement 2,3% du PIB et 1,6%. Pour 2020, le gouvernement prévoit un déséquilibre budgétaire ramené à 1,3% du PIB. Malgré ces déficits, la dette publique rapportée au PIB devrait légèrement refluer, passant de 96% cette année à 93,1% en 2020.

Ce cadrage macroéconomique est spécifique. C’est au prochain gouvernement de respecter la trajectoire fixée par l’actuel ministre des Finances. «Dans cette campagne présidentielle, il est tout à fait frappant de noter que la majorité des candidats (en particulier François Fillon et Emmanuel Macron) ont présenté un cadre budgétaire plutôt prudent pour les cinq années à venir», indique Christopher Dembik, responsable de la recherche macroéconomique de Saxo Bank. Ils ont sans doute retenu «la leçon de la campagne de 2012 durant laquelle François Hollande avait présenté des prévisions économiques trop optimistes, qui se sont avérées totalement contraires à la réalité…».

«Le déficit public a été réduit à 3,2% du PIB en 2016 (contre 5,1% en 2011) et des mesures ont été prises pour limiter la croissance du coût du travail. Toutefois, l’emploi industriel continue de se contracter», relève pour sa part l’équipe de Euler Hermes. Afin de ramener la France sur un pied d’égalité avec les autres pays de la zone euro, il sera «difficile d’éviter une réduction de la dépense publique, une baisse du coût du travail et une nouvelle réforme du marché du travail». Un surcroît de compétitivité «créerait un appel d’air pour la croissance, libérerait des marges de manœuvre budgétaires et pourrait créer de l’emploi marchand par la relance de la sphère productive».

Bercy a confirmé aussi sa prévision de croissance pour cette année à 1,5%. Pour 2018 et 2019, il faudrait s’attendre à des taux proches de 1,5 et 1,6%. Pour 2020, le ministère anticipe une hausse de 1,7% du PIB. A titre de comparaison, la Commission européenne et l'OCDE prévoient une croissance limitée à 1,4% cette année, le FMI à 1,3%.

Le Haut conseil des finances publiques considère que la prévision de croissance du gouvernement pour 2017 (1,5%) reste plausible. Même si certaines données d’activité de l’économie française sont «décevantes en début d’année». Il considère que la prévision de masse salariale est elle aussi crédible. L’estimation pour l’inflation  (1,2%) est également raisonnable. Il faudrait s’attendre à des révisions à la baisse des hypothèses de croissance et de l’inflation pour les années 2018 à 2020. Ce scénario, plus prudent, «peut constituer une base cohérente pour la construction de trajectoires de finances publiques».

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc