×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Le Maroc se penche sur sa stratégie de fret aérien

    Par Reda BENOMAR | Edition N°:5002 Le 13/04/2017 | Partager
    Objectif: 100.000 tonnes en volume à l’horizon 2020
    Le royaume compte se positionner comme un hub incontournable en Afrique

    Electrocardiogramme plat pour le fret aérien au Maroc. Il ne représente actuellement que 0,1% en termes de volume à l’import et à l’export. Une situation qui mobilise les professionnels du secteur. Ils viennent en effet de se réunir le 11 avril avec la CGEM afin de jauger les avancées depuis la signature de la convention pour la promotion du fret aérien il y a un an.

    Le royaume compte en effet investir 870 millions de DH pour son développement, et ce à travers un programme d’investissement comprenant la création de quatre pôles de fret aérien. Il s’agit, tout d’abord, du pôle de la zone centre, situé à l’aéroport de Casablanca Mohammed V, en complémentarité avec l’aéroport de Rabat. Ensuite, du pôle de la zone nord, situé à l’aéroport de Tanger. Puis du pôle de la zone sud, à l’aéroport d’Agadir.

    Et enfin, de la zone de l’Oriental, à l’aéroport d’Oujda. Ces investissements devaient s’effectuer en deux phases, dont l’une, à court terme, pour un montant de 430 millions de DH, et l’autre, à moyen terme, pour 440 millions de DH. Au-delà de l’approvisionnement de son territoire, le Maroc ambitionne de devenir le gateway logistique de l’Afrique.

    A noter que ce programme de développement du fret aérien fait partie intégrante de la stratégie pour le développement de l’aviation civile au Maroc. Le trafic fret a enregistré durant le mois de février 2017 une augmentation de de +18,89% par rapport à la même période de l’année écoulée, il a ainsi atteint 5.826,81 tonnes contre 4.900 tonnes en février 2016. L’objectif étant d’atteindre les 100.000 tonnes en volume à l’horizon 2020 et 182.000 à l’horizon 2035. Par ailleurs, ce programme intervient dans un contexte d’accroissement de cette activité au Maroc.

    En effet, selon les données du ministère marocain de l’Equipement, du transport et de la logistique, en 2015, il a été enregistré une hausse de +18,7% en volume du fret, grâce notamment à une dynamique accrue des transporteurs aériens. L’aéroport de Casablanca, qui a affiché une croissance de +20,7% en 2015 et de +12% sur les quatre premiers mois de 2016, a traité 90% du volume du fret aérien. En outre, ce plan de développement du fret aérien au Maroc fait d’ailleurs l’objet d’un consensus. D’où la signature, le 23 mai 2016, à Rabat d’une convention couvrant la période 2016-2020, entre différents acteurs du secteur, en vue de repositionner le transport aérien et de faire la promotion du fret. Bien qu’elle tarde à être appliquée, son but est de positionner le Maroc en tant que hub de référence au niveau de l’Afrique et de la Méditerranée Occidentale.

    Les signataires étaient le METL (ministère marocain de l’équipement, du transport et de la logistique), l’ONDA (office national des aéroports), la CGEM (confédération générale des entreprises du Maroc), la Fédération du transport-CGEM, l’AMDL (Agence marocaine de développement de la logistique), l’ADII (Administration des douanes et impôts indirects) et la RAM (Royal Air Maroc). Cette convention qui comprend 22 actions stratégiques, a pour but d’assurer un transport rapide et fiable des produits, conformément aux standards internationaux et un accès rapide et efficace aux chaînes d’approvisionnement et aux marchés mondiaux. La RAM, qui assure 34% du fret, s’est engagée à se doter d’ici 2020 de trois avions cargos.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc