×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Finances-Banques

Addoha: Les yeux rivés sur 2018-2020

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5000 Le 11/04/2017 | Partager
Anas Berrada, DGD du groupe, donne les premières orientations du nouveau plan
Moyen standing et projets en Afrique, les relais de croissance
anas_berrada_addoha_000.jpg

Anas Berrada, directeur général délégué du groupe Addoha: «Les travaux de mise en place du nouveau plan stratégique 2018-2020 ont été entamés. L’objectif est de réaliser une croissance maîtrisée en conservant les acquis du PGC en termes de structure bilancielle et de rentabilité» (Ph. Jarfi)

- L’Economiste: Comment êtes-vous parvenus à réaliser, voire dépasser, les objectifs du PGC avant même le terme dans un contexte difficile de l'immobilier?
- Anas Berrada:
Le groupe s’est toujours inscrit dans une démarche active qui vise à anticiper les mutations du marché. Il s’est engagé, dès 2014, dans une nouvelle vision stratégique qui change sa manière de gérer son business model. L’objectif était de traduire les performances opérationnelles du groupe en cash flows positifs, favorisant ainsi un large désendettement et une meilleure rémunération des actionnaires. Nous nous sommes alors focalisés sur le cycle de génération du cash, en mettant l’accent sur la production des tranches les mieux commercialisées, la vente des biens du stock de produits finis. Quant à l’investissement foncier, nous l’avons limité dans le but de mieux gérer le BFR, surtout que le groupe Addoha dispose d’une réserve foncière importante lui permettant de garantir plusieurs années d’activité.
Nous avons par ailleurs restructuré notre dette et négocié des conditions de financement plus intéressantes, grâce à la réalisation progressive des objectifs du PGC qui a amélioré le positionnement du groupe sur le marché financier marocain. Cette nouvelle stratégie a permis de générer 5,5 milliards de DH de cash flow d’exploitation contribuant à réduire notre dette de plus de 3,5 milliards de DH et de servir des dividendes de plus de 1,3 milliard de DH.
Le groupe dispose désormais de fondamentaux financiers solides et d’une structure bilancielle optimisée avec un gearing de 32% à fin mars 2017 (ndlr: le plus bas du secteur immobilier coté) en ligne avec les fondamentaux financiers à l’international. Cela démontre la pertinence de nos choix stratégiques.

- Quel est l'état d'avancement de votre prochain plan 2018-2020?
- Dans le cadre de la même démarche anticipative, nous avons déjà entamé les travaux de mise en place du plan stratégique 2018-2020. L’objectif majeur de ce plan est de réaliser une croissance maîtrisée en conservant les acquis du PGC en termes de structure bilancielle et de rentabilité. Nous allons partager les grandes lignes de ce plan avec le marché dès qu’il sera finalisé et approuvé par le conseil d’administration.

- Aujourd'hui peut-on dire qu'Addoha est sortie de sa cure d'austérité?
- Notre objectif pour la période 2018-2020 est d’entamer un nouveau cycle de croissance axé sur nos métiers historiques (le logement social et le haut standing), mais aussi sur nos nouveaux axes de développement, à savoir le moyen standing et les projets en Afrique subsaharienne. La rigueur opérationnelle et financière instaurée par le PGC sera maintenue afin de veiller à ce que cette croissance ne se fasse pas au détriment des fondamentaux financiers et de la structure bilancielle.

- L'amélioration de vos performances ne se traduit pas pour autant sur le titre en Bourse?
- Je n’ai pas de commentaire à faire sur l’évolution du cours en Bourse. Aujourd’hui, le titre présente un potentiel de croissance important conforté par les analyses de plusieurs sociétés de Bourse de la place. C’est un titre très liquide qui offre aux investisseurs un rendement intéressant et des perspectives de croissance.
Propos recueillis par Moulay Ahmed BELGHITI

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc