×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:4991 Le 29/03/2017 | Partager

■ Des hôtels suédois accordent le remboursement en cas de divorce!
Les couples qui divorcent dans l’année suivant leur séjour dans l’un des hôtels du groupe suédois Countryside pourront se faire rembourser, a-t-on appris dimanche dernier. Avec cette initiative «radicale», le groupe espère que «les personnes seront plus nombreuses à comprendre à quel point c’est important de s’investir avant qu’il ne soit trop tard dans sa relation», a expliqué à l’AFP la porte-parole du groupe, Anna Madsen. Pour obtenir un remboursement, c’est simple: il suffit d’indiquer un code lors de sa réservation dans l’un des 40 hôtels luxueux du groupe en Suède et si, «contre toute attente», les clients divorcent dans l’année, ils n’ont «qu’à envoyer le jugement et Countryside Hotels rembourse leur séjour, jusqu’à deux nuits», a précisé le groupe dans un communiqué. Pour en profiter, il faut être «légalement marié et séjourner dans la même chambre». Introduite le 20 mars, l’offre est à durée indéterminée et le nombre de réservations faites avec le code n’est pas encore connu. «Pas mal de gens se sont manifestés et ont demandé si cette garantie existe pour de vrai», s’est-elle amusée. «Cela fait longtemps qu’on accueille des couples dans nos hôtels (...) et nous avons vu à quel point il peut être bénéfique de quitter la routine et se consacrer l’un à l’autre», a-t-elle ajouté, espérant que cette campagne pourra pérenniser des mariages.

■ Des braconniers mangeurs de flamants roses
Deux hommes qui braconnaient des flamants roses pour les manger ont été arrêtés, ont récemment annoncé les autorités du Venezuela, frappé par une grave crise économique. Dannys et Carlos Lugo, deux frères, ont été interceptés le 13 mars à un barrage militaire dans l'Etat de Falcon (nord) avec un de ces grand oiseaux blessé dans leur véhicule, alors que le flamant rose est une espèce protégée au Venezuela. Après avoir reconnu pratiquer le braconnage, les deux hommes ont été condamnés à 80 heures de travail d'intérêt général dans un refuge animalier, a annoncé le ministère public. Les braconniers ont également dû payer les frais vétérinaires pour soigner l'animal, qui a ensuite été relâché. Fin 2016, la chasse illégale de flamants roses pour la consommation alimentaire dans une lagune de l'Etat de Zulia (nord) avait déjà été dénoncée sur les réseaux sociaux. Le Venezuela, plongé dans une profonde crise économique, traverse une pénurie frappant 68% des produits de base et une inflation incontrôlable. 9,6 millions de Vénézuéliens, presque un tiers de la population, ne mangent qu'un ou deux repas maximum par jour. La pauvreté touchait 81,8% des foyers en 2016, près de neuf points de plus qu'en 2015, selon l'Enquête sur les conditions de vie réalisée par un groupe d'universités. Et 51,51% sont considérés en situation de pauvreté extrême. L'étude montre que 93,3% des familles n'ont pas assez pour acheter toute la nourriture qu'il leur faut. Résultat: sept personnes sur dix ont perdu en moyenne 8,7 kilos l'an dernier.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc