×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Ecosystèmes automobiles: Attijari embarque son portefeuille industriel

Par Safall FALL | Edition N°:4991 Le 29/03/2017 | Partager
La banque lance des outils pour «démystifier» le secteur auprès des PME industrielles
Le pay-back étiré et les standards élevés tempèrent les ardeurs pour le secteur
Intégration industrielle: Renault et PSA tiendront leurs promesses
attijari_ecosysteme_091.jpg

Plusieurs rendez-vous B-to-B ont été organisés par la banque à Casablanca. Une occasion pour PSA et Renault de passer en revue des opportunités de sourcing (Ph. Jarfi)

On ne le répétera jamais assez: L’automobile fait partie des rares secteurs où il fait bon investir en ce moment. Avec des exportations qui explosent (54,6 milliards de DH à fin 2016, +12%), alors même que PSA n’est pas encore entré en jeu, il y a bien de quoi faire fantasmer les investisseurs et banquiers les plus récalcitrants. Mais il faut toujours un coup de pouce pour provoquer le déclic industrialisant lié attendu du Plan d’accélération industrielle 2020 (PAI). Pour Mohamed El Kettani, PDG d’Attijariwafa bank, «le Maroc est désormais dans les radars internationaux».

Et cette opportunité est trop belle pour la rater. C’est en substance le message essentiel que le banquier a essayé de transmettre, hier mardi 28 mars, à près de 500 opérateurs économiques et industriels à l’affût d’opportunités dans la chaîne de valeur automobile. L’idée était aussi de «pousser les industriels et patrimoniaux à s’intéresser davantage au secteur». Quitte à provoquer les occasions d’affaires en les mettant en relation avec les grands donneurs d’ordre du secteur. En première ligne, évidemment, les constructeurs français PSA et Renault, ainsi que d’autres équipementiers.

Mais ce potentiel a un coût. D’abord, le secteur présente un «pay-back très long», de l’avis de Hakim Abdelmoumen, PDG d’Induver Maroc. «Mais la capitalisation de cet investissement à terme, sera importante», s’empresse-t-il de nuancer. L’industriel vient de monter une joint-venture avec le Japonais AGC Automotive dans le vitrage automobile, pour un investissement en deux phases de plus de 150 millions d’euros. C’est le même type de pari qu’a pris Dolidol, il y a 7 ans, en investissant le secteur pour la 1re fois. «Nous étions préparés à perdre de l’argent dans les premières années de l’activité, mais nous continuons à investir. Nous lançons un nouveau projet avec un acteur européen dans les prochains jours», annonce Jalil Skali, directeur général de Dolidol, filiale de Palmindus (Groupe Palmeraie). D’ailleurs, qui disait que les groupes familiaux avaient perdu leur flexibilité?  

A cette lenteur du retour sur investissement s’ajoute une particularité contraignante qui caractérise l’industrie automobile: «Des exigences de production en série, combinées à des niveaux de qualité extrêmement élevés», résume Rémy Cabon, directeur général de PSA Maroc. «Ce niveau d’exigence ne fera qu’augmenter», prévient le patron local du constructeur automobile français. L’industriel assure dans la foulée qu’il «tiendra ses objectifs de 60% d’intégration industrielle promis au démarrage» de sa future usine de Kénitra, pour 1 milliard d’euros d’achats.

Le constructeur a même déjà une idée du sourcing qu’il lui faudra pour, éventuellement, compléter les 40% restants. Cela se fera dans la matière (acier plat, plastique, textile,…), l’intérieur/extérieur (planches de bord, pare-choc…), chassis-direction, freinage, électricité/électronique, composants moteurs, etc. Sur le terrain, les travaux vont bon train, dans le respect de l’agenda prévu (Cf. L’Economiste n° 4990 du mardi
28 mars 2017).
Rappelons que le site devrait être opérationnel en 2019, pour un investissement global de 557 millions d’euros. Ce qui devrait correspondre à un business de 1 milliard de DH. Chez Renault aussi, premier constructeur à avoir fait confiance à la destination, c'est la montée en régime. «Nous visons 65% de taux d’intégration en 2025, contre 45% actuellement», rappelle Abdelaziz Mouhajir, DRH de Renault Maroc.

«La compétitivité est fondamentale dans ce métier. Pour y arriver, le premier réflexe doit être de localiser autour de soi tous les acteurs de la chaîne»,  explique, pour sa part, Tajjedine Bennis, patron de la branche industrie de l’Amica. De la compétitivité, il en faudra d’ailleurs beaucoup, dans un contexte international marqué par un nationalisme économique de plus en plus prononcé dans les grands pays industrialisés.

L’argent, le nerf de la guerre

Evidemment, pour que tout cela prenne, la machine financière doit suivre. Attijariwafa bank a annoncé, par la même occasion, la mise en place d’un ensemble de solutions dédiées au secteur. Appelé «Plan Automotive», le pack présente des solutions de financement des investissements de projets onshore et offshore à travers divers outils développés en partenariat avec la Caisse centrale de garantie (CCG), l’agence Maroc PME et le ministère de l’Industrie. Le programme intègre aussi du «sur mesure» pour le financement du fonctionnement tels que les besoins d’exploitation et la trésorerie. S’y ajoute par ailleurs une gamme de produits et services de cash management, les offres de la banque offshore Attijari International bank et un dispositif de services non financiers destiné à accompagner les investisseurs sur ce terrain.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc