×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Décrochage scolaire: Là où tout commence

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:4990 Le 28/03/2017 | Partager
Désamour, problèmes familiaux, échec… poussent les jeunes à quitter l’école
Sans qualifications ni vraies opportunités d’emploi, ils finissent par sombrer dans l’inactivité
decrochage_scolaire_090.jpg

Même si le taux moyen d’abandon scolaire est en recul sur les dernières années, le nombre de déperditions est toujours trop élevé. Pour l’année scolaire 2013-14, près de 352.179 élèves ont quitté le système (Source: Sur la base des dernières statistiques disponibles de l’Education nationale en termes de taux d’abandon)

Ils sont 200.000 jeunes élèves, selon le ministère de l’Education nationale, 250.000 selon la Banque mondiale et 400.000 selon le Conseil économique, social et environnemental, à quitter l’école chaque année. Qui croire? Tous ces chiffres sont, en tout cas, effarants! Du primaire jusqu’au baccalauréat, 70% des effectifs sont perdus. Et c’est à partir de là que les jeunes deviennent des «nini» (ni étudiants, ni en emploi). Sans qualifications, sans réelles opportunités d’emploi et sans protection sur le marché du travail, ils alternent les petits jobs précaires et les périodes d’inactivité qui peuvent se compter par années.

La réforme du système d’enseignement et la lutte contre l’abandon scolaire sont, de ce point de vue, essentielles. S’il y avait un plan de bataille pour lutter contre l’inactivité des jeunes, c’est de là qu’il devrait commencer. Sauf que ce chantier traîne depuis des décennies…  
Une enquête menée par l’Observatoire national du développement humain (ONDH), auprès d’un échantillon de 8.000 élèves (dévoilée en 2014), a permis de mettre des chiffres sur les raisons qui poussent les élèves à abandonner l’école. La première, c’est qu’ils ne l’aiment tout simplement pas. Près du tiers a exprimé son désamour pour la scolarité. Peinant à assimiler les apprentissages qui leur sont dispensés, encadrés par des profs peu qualifiés, parfois violents, et bénéficiant de peu, ou pas, d’activités parascolaires, ils ne peuvent que la détester.         

Quatre autres principales raisons sont évoquées: l’éloignement de l’établissement scolaire, l’échec aux examens et/ou l’exclusion, la pression d’un membre de la famille (notamment pour les filles), et, enfin, parce qu’ils considèrent que l’école «n’est pas importante».
Où vont-ils après leur départ de l’école, que font-ils de leur vie,…? Il n’existe pas de statistiques à ce sujet. L’on ne sait même pas quelle est la part de ceux qui, après avoir abandonné l’école formelle, s’orientent vers l’OFPPT, puisqu’il n’y a pas encore suffisamment de coordination entre l’Education nationale et le département de la Formation professionnelle. Il s’agit pourtant du même ministère…

«Un projet est en cours pour la mise en place d’un système d’information intégré, grâce au code unique de Massar. Il permettra de suivre l’élève depuis le préscolaire, même s’il quitte le système pour intégrer la formation professionnelle», confie-t-on à l’Education nationale. Il était temps…

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc