×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Concours de rhétorique: Les minorités mises à l’honneur

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:4990 Le 28/03/2017 | Partager
Dar America organise sa 3e édition du concours d’élocution
Une vingtaine de participants ont pris la parole
concours_de_rhetorique_090.jpg

Pour la troisième édition du concours de rhétorique de Dar America, Nicole Theriot, consule générale des Etats-Unis à Casablanca a été membre du jury (Ph. F. El Nasser)

La troisième édition du concours de rhétorique de Dar America a fait la part belle aux minorités. Organisée le vendredi dernier à Casablanca, ce ne sont pas moins de 20 participants qui y ont concouru. Agés entre 17 et 24 ans, ils ont pris la parole devant un jury composé de Nicole Theriot, consule générale des Etats-Unis à Casablanca, Chigozie Okocha, conseiller économique au consulat des Etats-Unis, Stephanie Jensby, responsable des affaires culturelles et Said Zaydoune, professeur de langue et littérature anglaise à la faculté de Ben M’sik à Casablanca.

Pratiquée dans les facultés de droit et les écoles de sciences politiques, la rhétorique est  cependant, délaissée par les autres disciplines. Or une bonne maîtrise de la parole est nécessaire dans tous les domaines. C’est dans cette optique que Dar America met, depuis trois ans, en évidence l’art de l’élocution. «L'idée du concours est que les participants puissent prendre part à une tradition américaine qui est d'élever sa voix pour être entendu», explique Nicole Theriot. «Ces étudiants ont été amenés à parler aux noms des  minorités et faire ressentir à l’auditoire ce qu’ils endurent», poursuit-elle.

Avec pour mission de convaincre leur auditoire, chacun des participants disposait de cinq minutes de prise de parole (en anglais) avec des sujets traitant des droits des minorités, qu’elles soient culturelles, religieuses, ethniques, ou autres. Ils avaient le choix entre reprendre des textes de défenseurs tels que: Martin Luther King, Rosa Parks ou encore Malcolm X, ou bien de présenter leur propre discours. Les critères de sélection reposaient sur la compréhension et la mémorisation des textes, ainsi que sur l’éloquence, la voix et la posture durant la présentation.

Cette année, le premier prix a été raflé par la jeune bachelière, Ghizlane Akourim. En terminale au lycée Mohammed V de Casablanca, Ghizlane s’est lancée dans un discours sur la différence raciale. En deuxième place, Sara El Aida, étudiante en  première année en littérature anglaise à la faculté des lettres et des sciences humaines de Ben M’sik à Casablanca. Son texte a exprimé la souffrance dans laquelle vivent les réfugiés. Le troisième prix a été décerné à Abdelbassat Sabbar, en deuxième année en littérature anglaise à la même faculté. Les trois gagnants ont reçu des prix et auront l’occasion de déjeuner avec la consule générale des Etats-Unis.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc