×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tabac: Emid relance son projet d’usine

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:4990 Le 28/03/2017 | Partager
Elle devrait être construite à Tanger Automotive City
Une cargaison de cigarettes Basic PMI à 12 DH toujours bloquée
Le 31 mars, dernier délai pour déposer de nouvelles demandes d’homologation
tabac_emid_usine_090.jpg

L’adoption du principe de ramener de 70 à 10% le taux d’intégration des produits dans le cadre du protocole paneuromed menace la SMT, seule usine de cigarettes au Maroc (Ph. L’Economiste)

Le projet de norme sur le tabac noir fait une nouvelle victime. Emid a obtenu l’homologation de Basic à 12 dirhams il y a trois ans. Un premier container a déjà été dédouané il y a à peine quelques jours, portant le marquage fiscal Sicpa ainsi que le prix. Mais le ministère des Affaires générales aurait refusé de donner son accord en raison du projet de norme qui sera adopté par le nouveau gouvernement.

Le projet de réglementation fixe à 80% la proportion du tabac brun dans une cigarette et intervient après un long feuilleton de polémiques entre le ministère et les distributeurs. Deux marques de cigarettes avaient déjà été homologuées comme étant à base de tabac noir vendues respectivement à 12 et 15 DH avant d’être requalifiées sur ordre du ministère pour être commercialisées à 20,50 dirhams (soit 11,34 DH de TIC au lieu de 5 DH). Une aubaine pour Emid, qui distribue les marques de cigarettes de Philip Morris (Marlboro, L&M, Chesterfield, Next…), et qui veut se positionner sur le «créneau» laissé par les deux marques.

Mais le fait d’autoriser Basic à 12 dirhams reviendrait pour le gouvernement à accorder à Emid une part de marché enlevée à la Société marocaine des tabacs (SMT). Le ministre est resté intransigeant, d’autant  que l’ex-Régie des tabacs aurait bien pu lancer elle aussi Maghreb retirée il y environ huit ans et qui était vendue à 11 dirhams. Toujours est-il que cela fait maintenant plus d’un mois que le lot de cigarettes Basic est bloqué sans la possibilité de les commercialiser. Les dirigeants d’Emid se refusent à toute déclaration sur ce sujet.

Cette affaire coïncide avec la relance par Emid de son projet d’usine. Quand le distributeur avait décroché sa licence de tabac en 2013, il s’était engagé à construire une usine pour la fabrication de cigarettes dans la région de Tanger. Les pouvoirs publics n’ont cessé de le relancer. Jusqu’à il y a deux semaines environ où l’émirati a annoncé avoir «formalisé son engagement à acquérir plus de 60.000 m2 de terrain dans la plateforme industrielle de Tanger Med après avoir obtenu une «décision favorable par la commission de Tanger Automotive City». Le marché du tabac n’est pas convaincu par la réalisation de ce projet d’usine, qui coïncide avec le blocage de la marque Basic par le ministère des Affaires générales (voir encadré). Mais de sources proches du dossier, l’on affirme que le projet sera bel et bien réalisé et que des garanties ont même été présentées par le distributeur émirati pour sécuriser le foncier.

Sur un autre registre, les distributeurs de tabac ont jusqu’au vendredi 31 mars pour déposer leur demande d’homologation de nouvelles marques de cigarettes auprès de la commission dédiée. D’habitude,  les opérateurs demandent l’autorisation de lancer de nouvelles marques, d’étendre des familles de produits, voire d’augmenter certains prix. «Depuis l’élaboration d’un projet de norme pour le tabac noir prévue par le projet de loi de finances 2017, nous n’avons aucune visibilité sur le marché. Par conséquent, nous ne pouvons engager de nouveaux investissements», explique un distributeur. Une session sans enjeux?

                                                                   

Règles d’origine: Un chamboulement en route

Depuis 2014, les règles de cumul d’origine appliquées à l’agroalimentaire sont en cours de discussion dans le cadre du protocole paneuromed. A l’instar d’une cinquantaine de pays de l’Union européenne, de l’Association européenne de libre-échange (Suisse, Norvège, Islande et Liechtenstein), Iles Féroé, Turquie, Algérie…, le Maroc est également concerné. Les négociations visent à revoir le fonctionnement des règles d’origine de manière à ce que la proportion des matières premières provenant de différents pays de la zone méditerranéenne soit tolérée dans l’appréciation du taux d’intégration des produits importées. Trois principaux produits font actuellement l’objet de négociations dans l’agroalimentaire: sucre, huiles et tabac. Pour ce dernier, des multinationales de tabac installées en Suisse ont fait du lobbying pour ramener le taux d’intégration de la valeur locale à 10% au lieu de 70% actuellement. Selon nos informations, le principe a déjà été acquis et l’entrée en vigueur est prévue avant fin 2017. Ainsi, des cigarettes fabriquées dans n’importe quelle usine de la zone méditerranéenne seront exonérées des droits de douane pourvu qu’elles comportent 10% de valeur ajoutée locale. Ce qui correspond à peine à l’emballage. Par conséquent, il n’y a plus un grand intérêt à construire une usine de tabac au Maroc sachant qu’il serait plus intéressant d’importer. La Société marocaine des tabacs, seule outil industriel, est d’ores et déjà avertie.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc