×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Settat: Grand succès du 1er salon du Sardi

Par Jamal Eddine HERRADI | Edition N°:4990 Le 28/03/2017 | Partager
300 exposants et plus de 30.000 visiteurs
Favoriser l’intégration des sous-produits du mouton

Les éleveurs l’attendaient depuis des années. Les institutionnels le leur avaient promis. Le 1er salon national professionnel du Sardi a finalement vu le jour et se tient à Settat depuis samedi dernier jusqu’à aujourd’hui. Une date mûrement réfléchie, surtout que les dernières précipitations laissent présager une bonne année agricole dans toute cette région.
Les organisateurs du Salon, en l’occurrence la Direction régionale de l’agriculture de Casablanca-Settat et l’Association du salon national professionnel de l’élevage, ont de quoi être fiers. Pour une première édition, c’est un grand succès.

Axé sur la race Sardi, le salon est sous-tendu par une mission essentielle: la valorisation de la filière. Il a été pensé et conçu par les organisateurs comme un temps fort pour rendre hommage à cette race qui constitue une fierté de l’élevage ovin national. Il consacre également la reconnaissance symbolique de l’apport de cette filière à l’activité économique régionale, voire nationale. Enfin, il a été une occasion pour mettre en relief la contribution de la filière au développement de l’élevage du mouton au Maroc. En organisant cette manifestation, l’Association du salon professionnel de l’élevage ambitionne de créer une dynamique pour l’amélioration du potentiel organique à la fois de la race et de l’élevage ovin. Cela tout en développant également les métiers et les activités qui lui sont connexes.

Ce qui permettra, en aval, de favoriser l’intégration des sous-produits du mouton aussi bien dans les circuits modernes de production que pour les produits du terroir. Parallèlement, le Salon a offert une sérieuse opportunité de réfléchir et de débattre, entre autres, des produits de l’élevage, du financement qui lui est lié, de l’assurance comme facteur essentiel d’accompagnement…
Installé sur un site d’une superficie globale de 60.000 m2, le Salon a connu la participation de quelque 300 exposants dont 112 éleveurs. Pas moins de 5.000 professionnels ont également fait le déplacement. Les 15.000 m2 couverts du site ont aussi abrité 80 sociétés. Celles-ci représentent les secteurs des aliments pour le bétail, des produits vétérinaires, du machinisme agricole, des équipements pour l’irrigation et des facteurs de production. Les institutionnels du financement et des assurances ont également pris part à cette première édition.

Une exposition de matériels destinés à l’élevage, d’aliments pour le bétail, d’outils et fournitures de la santé animale a été aussi organisée sur le site du Salon. A cela, il faut ajouter les 104 coopératives des produits de terroir venues des différentes régions du Maroc.
Côté animation, des rencontres d’affaires, de partenariat et de coopération et des conférences thématiques et tables rondes, ont été au programme. Il faut signaler que des concours des meilleurs ovins, des démonstrations de la tonte mécanique et une vente aux enchères de géniteurs ont été organisés durant les quatre jours du Salon.

Localisation

LE Sardi est l’une des principales races ovines élevées sur les plateaux de l’Ouest marocain (plateaux des Béni Meskine, berceau initial, du Tadla, des Sraghna et Rhamna). En effet, l’élevage de ce segment est facilité par l’adaptation de l’espèce à des espaces pauvres en végétation tels que ceux de la région du Centre Ouest du pays. A cet égard, le Sardi occupe une place de choix dans l’élevage de manière générale au Maroc.
L’élevage du Sardi impacte directement les circuits de distribution du mouton, tout en produisant un effet induit largement positif sur la vie des populations rurales dont l’essentiel des activités tournent autour de l’élevage ovin.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc