×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Attentats de Bruxelles: Un an après, la Belgique toujours marquée

    Par Aziz BEN MARZOUQ | Edition N°:4987 Le 23/03/2017 | Partager
    Les pires attaques de l’histoire du pays
    Une menace toujours redoutée
    molenattentats_087.jpg

    Le Roi Philippe ainsi que toute la classe politique belge ont commémoré ce mercredi 22 mars 2017 le premier anniversaire des attentats qui ont fait 32 morts et 340 blessés à l’aéroport et dans le métro de Bruxelles. A cette occasion, une sculpture monumentale en hommage aux victimes de tous les attentats a été inaugurée (Ph. AFP)

    Du roi des Belges aux enfants des écoles de Molenbeek, la Belgique officielle et citoyenne a commémoré ce mercredi 22 mars 2017 le premier anniversaire des attentats qui ont fait 32 morts et 340 blessés à l’aéroport et dans le métro de Bruxelles. Les commémorations ont  commencé par une minute de silence à 07 h 58  à l’aéroport de Bruxelles-Zaventem, en présence du roi Philippe et de la reine Mathilde, de victimes et de leurs proches ainsi que des membres des services de secours. C’est à cette minute en effet, le 22 mars 2016, qu’Ibrahim El Bakraoui et Najim Laachraoui, jihadistes belges d'origine marocaine et affiliés à l’organisation «État islamique», ont déclenché leur charge de TATP dans le hall des départs de l'aéroport, tuant 16 personnes.

    Les autorités officielles se sont ensuite rendues à la station de métro Maelbeek, au cœur du «quartier européen», pour un hommage à l’endroit même où Khalid El Bakraoui, le frère d’Ibrahim, a actionné sa ceinture d’explosifs à 09 h 11, faisant là aussi 16 morts. Puis le roi Philippe, devant les membres du gouvernement et du parlement belges ainsi que les présidents du conseil des ministres de l'UE, de la commission européenne et du parlement européen, a inauguré une sculpture monumentale en hommage aux victimes de tous les attentats. Une structure en acier inoxydable percée de trous représentant des impacts de balles des terroristes. 

    Dans un bref discours, le roi Philippe a notamment dénoncé cette «violence inouïe» dont ont souffert les victimes des terroristes tout en soulignant qu' «après les doutes et la tristesse, il y a eu cette volonté forte de la Belgique dans toute sa diversité d'aller de l'avant». Il a assuré que «Notre pays s'est remis en question et nous avons tiré les enseignements nécessaires», tout en remerciant notamment «ceux qui ont aidé les victimes et ceux qui poursuivent aujourd'hui les coupables».

    De son côté, le président de la commission européenne, Jean-Claude Juncker, a dénoncé ces «attaques terroristes abjectes qui ont frappé le cœur même de l'Europe, à Bruxelles, cette ville polyglotte, multinationale où nous aimons vivre ensemble, en harmonie... Dans cette terrible épreuve, les Européens ont affirmé leur unité dans la lutte contre le terrorisme qui menace leur sécurité, et la paix à travers le monde, et ils ont montré leur détermination à défendre nos valeurs et nos libertés à tout prix».

    Initiatives citoyennes

    belgique_attentat_087.jpg

    Au-delà des commémorations officielles, plusieurs initiatives citoyennes ont été organisées pour rendre hommage et apporter un soutien à toutes les victimes et à leurs proches en leur donnant la parole. Initiatives dont le trait commun est d'exprimer sa solidarité avec toutes les victimes directes et indirectes des terroristes mais aussi de lutter contre la montée des discours populistes et de réaffirmer avec force l’égalité, l’inclusion et la solidarité entre tous les citoyens de Belgique. Plusieurs points de départ ont été organisés de la place communale de Molenbeek, de la gare du nord et de la place du Luxembourg pour marcher vers la Bourse qui est le point d’orgue du rassemblement à 16 h.

    Au programme: des témoignages de victimes, des performances musicales et diverses autres animations. Les enfants des écoles de Molenbeek, la commune bruxelloise qui fut la base arrière des jihadistes, devaient rencontrer des victimes en début d’après-midi. Par ailleurs un mémorial dédié aux victimes des attentats de Maelbeek et Zaventem a été inauguré dans la forêt de Soignes, le poumon vert de Bruxelles. 32 arbres ont été plantés, en hommage aux 32 personnes décédées dans les attentats de Bruxelles. Les arbres choisis sont des bouleaux, des arbres qui symbolisent la vie et la régénération. Ce sont les  premiers à recoloniser un terrain après un feu...

    Bruxelles toujours menacée?

    Un an après les attentats de Bruxelles, la menace terroriste reste «grave, possible et vraisemblable» (niveau 3 sur une échelle de 4), sans qu'il y ait d'informations spécifiques faisant état de menace imminente, selon les analyses de l'Ocam (Organe de coordination pour l'analyse de la menace pour l'ensemble de la Belgique). Ses experts continuent à suivre attentivement l'évolution de la situation. Il ne se passe guère de semaine sans opérations et descentes de police. Et des militaires continuent de patrouiller en ville et à sécuriser les sites sensibles de la capitale belge. Selon un sondage de «Dedicated» (institut de sondage belge indépendant), effectué auprès de 2898 personnes, plus des trois-quarts des sondés estiment qu'un an après les attentats de Bruxelles, la Belgique est exposée «assez fortement» ou «très fortement» à la menace terroriste. La crainte la plus marquée concerne Bruxelles. La raison la plus communément avancée de cette menace est la participation de la Belgique à la coalition militaire internationale qui combat le groupe terroriste «Etat islamique» en Irak et en Syrie.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc