×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Un avril artistique à Aït Ben Haddou

    Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:4987 Le 23/03/2017 | Partager
    Un événement inédit transforme le village en musée créatif à ciel ouvert
    Plus d’une vingtaine d’artistes du monde entier y seront en résidence
    Dessin, peinture, street art, photo, projections audio-visuelles et sculptures au menu
    ait_ben_haddou_087.jpg

    Plus d’une vingtaine d’artistes venant des cinq continents seront amenés à créer des œuvres inédites, spécialement conçues à l’occasion de «Aït Ben Haddou Expo», qui seront exposées dans plusieurs endroits du village de Aït Ben Haddou (Ph. YouTube)

    L’année 2017 marque le 30e anniversaire de l’inscription du ksar d’Aït Ben Haddou sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Plus que jamais, les résidents du village qui abrite le ksar et leurs familles expriment le besoin de retrouver leurs racines, de valoriser leur patrimoine et de transmettre leurs valeurs ancestrales à la génération future. C’est dans ce sens que l’association Arkane pour la promotion de l’art et la sauvegarde du patrimoine organise «Art Patrimoine: Aït Ben Haddou Expo» à Ouarzazate pendant le mois d’avril. «Pour sa première édition, plus de vingt artistes de notoriété, venant des cinq continents, participeront à cet événement.

    Ils seront accueillis en résidence, durant un mois, à Aït Ben Haddou, et s’y activeront à réaliser des œuvres dédiées au thème «Le patrimoine, langage authentique des peuples», révèle Abderrahmane Ouardane, président de l’association Arkane. D’autant plus que l’événement coïncide avec la 2e édition de la «journée du patrimoine-Aït Ben Haddou» organisé par l’association locale Aït Aissa du 20 au 30 avril. L’occasion sera saisie pour engager des projets à vocation pérenne, destinés à structurer la vie culturelle et artistique de cette région. Il est prévu ainsi le lancement du «Musée des Aït Ben Haddou», «La Maison du cinéma», «La Maison de l’oralité» et «Le Jardin artistique du monde, escale Aït Ben Haddou». Ainsi, ce mois d’avril verra la création d’œuvres dans différentes disciplines artistiques: dessin, peinture, street art, photo, projections audiovisuelles et sculptures.

    Les artistes participant à cette initiative, inspirés par la magie de l’espace, l’enchantement de la nature, le patrimoine humain et historique seront amenés à créer des œuvres inédites, spécialement conçues pour l’occasion. Les œuvres créées pour les artistes seront exposés dans plusieurs endroits du village. La scénographie complexe et originale de cette exposition se fera par le grand artiste burkinabé Saido Dicko assisté de l’artiste marocain Abderrahmane Ouardane. Les artistes photographes seront mis à contribution pour tenter de restituer au mieux les éléments du patrimoine local. Une attention particulière sera réservée aux portraits qui seront réalisés en format géant. En outre, «Maison du cinéma» prévoit un grand espace destiné à accueillir des installations artistiques à base de récupération des décors déchus et rejetés après réalisation des films tournés dans la région.

    La région est abondamment fournie en bois de tous genres. Cela privilégie l’option de favoriser l’organisation d’ateliers de sculpture sur bois. Les artistes seront libres de recourir à d’autres matériaux, et leurs œuvres pourront être exposées soit dans le village soit dans le Jardin artistique du monde de Aït Ben Haddou placé au sommet de la vallée. En collaboration avec les habitants du village, des espaces seront identifiés pour y placer des créations de street art. Des artistes internationaux, professionnels de street art, seront assistés d’artistes locaux pour créer des panneaux qui animent le village nouveau. Chaque artiste peintre produira un minimum de trois œuvres dont une sera dédiée au Musée Aït Ben Haddou. Une œuvre restera chez l’artiste et la troisième sera destinée à la collection Arkane et sera programmée dans les expositions organisées par l’association.

    Des créations collectives sont prévues notamment une aquarelle-pyrographe géante qui mettra en application la technique répandue dans le village et qui utilise les ingrédients et pigments de la région. Une toile géante qui conjugue les différentes techniques et qui met en avant le patrimoine de la région sera produite sur place, ainsi qu’une œuvre géante créée par les collages de papiers, tissus et végétaux de la région.

    Faire participer les riverains

    Des ateliers de création seront organisés et impliqueront la population locale pour, d’une part, contribuer à l’éducation de l’œil et du sens esthétique et, d’autre part, initier les talents locaux à de nouvelles pratiques créatives et promouvoir leur carrière artistique potentielle. Des ateliers seront dédiés à l’art artisanal, l’art pictural autochtone et l’art de la récupération. La valorisation de l’art autochtone se fera à travers des ateliers impliquant les artisans de la région dans le domaine de la teinture et du tissage. C’est ainsi que le village mythique Aït Ben Haddou sera, et ce pendant un mois entier, un musée à ciel ouvert dédié à l’art, la créativité et le partage des patrimoines du monde.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc