×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Préscolaire: Le référentiel bientôt validé

    Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:4985 Le 21/03/2017 | Partager
    Le projet de la généralisation du préscolaire en dernière phase d’expérimentation
    Etat, parents et collectivités territoriales devront œuvrer ensemble
    450.000 enfants n’ont pas accès à l’école maternelle
    prescolaire_085.jpg

    Le projet de généralisation du préscolaire, premier en son genre, doit prendre en considération les spécificités de chaque région, la diversité des approches et la pluralité des acteurs (Ph. Fondation Zakoura) (Les visages ont été modifiés)

    Le projet tant attendu de la généralisation du préscolaire commence à prendre forme. «La version finale du référentiel est soumise aux dernières épreuves d’expérimentation avant sa validation officielle dans un futur très proche», confie Bendaoud Merzaki, directeur en charge de la promotion de l’enseignement privé et du préscolaire au ministère. «Nous l’avons conçu avec différents partenaires, associés et acteurs concernés»,  ajoute-t-il. Lancé par le ministère de l’Education nationale et de la formation professionnelle il y a près d’un an, ce chantier vise à généraliser l’enseignement des enfants de 4 à 6 ans et mettre à niveau les établissements existants du secteur.

    Toutes ces années où l’éducation de la petite enfance a été négligée ont créé un véritable chaos. La pluralité des intervenants (ministère de l’Education nationale, des Habous, de l’Intérieur, de la Jeunesse et des sports ou encore ONG, Entraide et missions privées), a laissé libre cours à l’instauration de multiples approches pédagogiques. De plus, la majorité des établissements ont eu recours à des programmes  importés de France, Jordanie, Liban, Canada… Avec une absence de référentiel marocain, l’offre est devenue tributaire des investissements du privé, En outre, l’offre est inégalement répartie sur le territoire national. Les zones rurales sont celles qui souffrent de déficit.

    Faute d’effectifs suffisants, ni l’Etat, ni le privé n’y investissent.
    «Un engagement commun de l’Etat, des familles et une forte implication des collectivités territoriales permettront à tous les enfants de 4 à 6 ans d’accéder à un préscolaire de qualité et de bénéficier d’une préparation soutenue à leur scolarité future», souligne Merzaki.

    Selon un diagnostic de l’état des lieux du préscolaire, réalisé par la tutelle en 2014, le Maroc compte plus de 1,2 millions d’enfants en âge d’aller en maternelle. Cependant, pas tous ont cette chance. Seulement 780.000 d’entre eux y accèdent. Le reliquat, soit 458.000 enfants, ne fréquentent aucun établissement. Conjointement avec l’Unicef, le département de Benmokhtar a pu budgétiser le coût moyen d’un enfant qui s’élève à «3.000 DH par an». 

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc