×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Mobilité durable: Agadir négocie le virage de smart city

    Par Amin RBOUB | Edition N°:4985 Le 21/03/2017 | Partager
    Les premières bornes de recharge bientôt installées
    Un écosystème solaire est en préparation avec une major mondiale

    S’il y a une ville au Maroc qui a le plus d’atouts en termes d’ensoleillement, c’est bien Agadir. Le chef-lieu du Souss bénéficie de plus de 300 jours de soleil par an! Une aubaine qui prédispose la ville à développer un modèle pilote en matière de mobilité durable et de transport à base de l’énergie solaire. Un écosystème solaire y est en cours de préparation avec un grand groupe international.

    C’est d’ailleurs ce scénario de mobilité orienté durabilité qui a été retenu par les autorités locales (Région, wali, conseil de la ville, municipalités...) pour inscrire la ville dans un schéma à faible teneur en carbone. Selon Ahmed Baroudi, directeur général de la Société d’investissement énergétique (SIE),  Souss Massa est en train de finaliser son plan de développement régional (PDR).

    Plusieurs actions sont en cours d’engagement faisant évoluer la ville vers un modèle de «smart city», notamment la mise en œuvre d’une solution de mobilité urbaine propre. «Si la mobilisation générale engagée se maintient, Agadir se transformera et deviendra une ville modèle en matière de transport propre», tient à préciser le DG de la SIE. En effet, selon Ahmed Baroudi, «la ville d’Agadir a de longue date fait le choix de mettre en œuvre une solution BHNS (bus à haut niveau de service).

    Un cadre juridique clair

    Aujourd’hui, nous disposons d’un cadre juridique clair pouvant encadrer une telle réalisation qui devrait aussi faire le choix de matériels roulants propres, notamment des bus électriques». Mieux encore, si les autorités locales confirment leurs décisions et ambitions pour progressivement renouveler les parcs automobiles des établissements publics par des voitures électriques, cela contribuera fortement à faire évoluer la ville. «Nous avons l’opportunité d’avoir sur notre territoire un grand constructeur automobile opérationnel en production (bientôt deux), Renault. La ZOE dispose d’une autonomie de 300 km aujourd’hui et ses capacités évolueront.

    De même pour les autres marques», annonce le patron de la SIE. Et d’ajouter: Lorsqu’on sait qu’une voiture électrique ne demande quasiment aucun entretien et ne fait plus appel à la pompe (carburant), c’est très bénéfique pour les coûts de fonctionnement.
    Si tout se passe comme prévu, Agadir devrait donner l’exemple auprès des pouvoirs publics. Dans un second temps, le côté privé devrait systématiquement suivre. Selon Baroudi, «des opérateurs privés ont déjà identifié cette opportunité et se mettent en marche pour se positionner». Agadir devrait donc, si tout se passe bien, dans les mois à venir, voir les premières bornes de recharge installées, bien entendu si la mobilisation générale se maintient.

    Par ailleurs, le Grand Agadir fait déjà l’objet d’études avancées et de projets bien ficelés pour moderniser l’éclairage public, le transport, la gestion des déchets ou encore les prestations de services publics de manière générale. Tout l’enjeu consiste à créer de la valeur à l’échelle locale. «Agadir s’oriente résolument  vers un modèle de smart city connectée, offrant une large variété de services à ses citoyens, tout en développant son économie», confie le DG de la SIE.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc