×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Réchauffement des relations sino-américaines!

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4971 Le 01/03/2017 | Partager
    La Chine a envoyé son plus haut émissaire chez Trump
    Possibilité d’un sommet avec le président Xi Jinping

    Le président américain Donald Trump a brièvement rencontré, lundi dernier à la Maison Blanche, le conseiller d’Etat Yang Jiechi, chef de la diplomatie chinoise. C’était l’occasion de discuter des intérêts communs. Ancien ambassadeur à Washington et ex-ministre des Affaires étrangères, Yang est le premier haut responsable chinois à être accueilli à la Maison Blanche depuis la prestation de serment de Donald Trump le 20 janvier. Ce dernier devait prononcer mardi soir son premier discours au Congrès américain.

    Après une période de tensions provoquées par les propos du président américain sur la concurrence économique chinoise et sur les liens avec Taïwan, les deux premières puissances économiques mondiales se sont rapprochées ces dernières semaines. Selon le ministère chinois des Affaires étrangères, les deux pays sont en contact sur la possibilité d’un sommet entre  Trump et son homologue chinois Xi Jinping, rapporte l’agence AFP. Outre la Corée du Nord, les sources de tension ne manquent pas entre les deux puissances, entre les prétentions de Pékin en mer de Chine méridionale ou les ambitions de Donald Trump de taxer les importations chinoises.

    Le président américain s’est finalement engagé à respecter le principe de la «Chine unique», selon lequel Taïwan fait partie de la Chine, lors d’un entretien téléphonique courant février avec Xi Jinping. Cet entretien a permis de dégeler la relation bilatérale et d’organiser une première rencontre en Allemagne entre les chefs de la diplomatie des deux pays. Le nouveau secrétaire d’Etat Rex Tillerson a demandé à cette occasion à Wang Yi, ministre chinois des Affaires étrangères, de faire pression sur la Corée du Nord pour convaincre ce pays de stopper son programme nucléaire. Pékin a depuis cessé ses importations de charbon de Corée du Nord.

    La Chine a remplacé plusieurs hauts responsables de sa politique économique par des personnalités proches de Xi Jinping. Le ministre du Commerce Gao Hucheng a été ainsi remplacé par Zhong Shan, selon l’agence Chine nouvelle. Autre remaniement: Xu Shaoshi, patron de la Commission nationale pour la réforme et le développement (NDRC), l’organe central de planification économique, a été remplacé à ce poste par He Lifeng. Des changements auraient touché aussi l’autorité de régulation bancaire (CBRC). Ces remplacements sont dévoilés avant un vaste remaniement politique à l’automne, avec le remplacement de cinq des sept membres du Comité permanent du bureau politique du Parti communiste, l’organe tout puissant du régime.

    Menaces sur le système financier chinois

    Ces nominations interviennent à l’heure où les menaces s’accumulent sur le système financier chinois. Il est fragilisé par une dette publique et privée dépassant 270% du PIB. Sur fond de dangers liés à la bulle immobilière et à l’envolée des populaires produits de gestion de fortune émis par les banques mais peu régulés.
    A noter que la diplomatie chinoise a réagi sévèrement aux derniers propos de Donald Trump. Le président américain a qualifié la Chine de «plus grand champion de manipulation de devise». Non, elle est un «champion du développement économique», a répliqué Pékin, excluant toute dévaluation compétitive du yuan.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc