×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    L’Oriental organise sa filière de l’amandier

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:4971 Le 01/03/2017 | Partager
    Un groupement d’intérêt économique mis en place pour y parvenir
    Une nouvelle unité de valorisation lancée, 3 autres en perspective
    oriental_amendier_071.jpg

    La création d’un groupement d’intérêt économique contribuera à la valorisation d’une production de qualité, mais qui peine à percer commercialement (Ph. AK)

    854 agricultrices/agriculteurs bénéficiaires du projet de développement de la filière des amandiers dans la région de l’Oriental (Profao), au niveau de la commune rurale de Rislane, seront réunis dans un groupement d’intérêt économique (GIE). Une première dans la filière de l’amandier qui leur permettra d’améliorer leur savoir-faire et d’opérer dans le cadre d’un programme de valorisation de l’amandier. La construction de cette structure dureront 6 mois, pour un coût global de 1,7 million de DH. La capacité de traitement avoisinera les 1.000 kg/heure d’amandes avec coque, soit 10 tonnes/jour. L’unité (première sur les quatre programmées) sera constituée de trois ateliers pour l’épluchage, le concassage, le tamisage, le calibrage et le triage, ainsi que des magasins de réception des amandes.

    Fruit d’un partenariat belgo-marocain, ce projet s’inscrit dans le cadre d’un vaste programme de coopération au profit de 3.231 agricultrices/agriculteurs et les filles/fils des agriculteurs de treize communes retenues au niveau des provinces de Jerada, Taourirt, Berkane et Oujda. Il les accompagnera dans le développement, de manière durable, de leurs récoltes, tout en renforçant leur gestion interne et technique. Dans le détail, le projet Profao s’articule autour de plusieurs objectifs: l’extension des vergers d’amandier par 6.000 ha supplémentaires avec création de quatre unités de valorisation. Il contribuera également au renforcement des compétences techniques et gestionnaires des organisations professionnelles et à la formation des bénéficiaires. Idem pour le renforcement des compétences des services de proximité avec mise en place d’un dispositif de collecte, de suivi et de traitement des données. En matière de R&D, un programme de recherche-action a été mis en place avec capitalisation et diffusion des enseignements. Le coût total du projet Profao s’élève à 117,75 millions de DH dont 88 millions issus de la coopération belge.

    La région compte 24.715 hectares d’amandiers dont 2.305 nouvellement plantés. Au niveau des provinces, c’est Oujda-Angad qui compte la plus grande superficie avec 5.230 ha, suivie de Berkane (5.000 ha) et Taourirt (4.562 ha). La filière produit 10.568 tonnes/an avec coque et 2.416 tonnes/an sans coque. Plusieurs variétés sont cultivées dans la région, telles le Ferragnès, Ferradue, Marcona, Fournat, Chatoui… Les prix de vente varient selon les provinces avec une moyenne qui gravite autour de 25 dirhams avec coque et 80 dirhams sans coque. 75% de la production est vendue sur les marchés locaux sans toutefois être valorisée.

    De notre correspondant,
    Ali KHARROUBI

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc