×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Brèves internationales

    Brèves Internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:4962 Le 16/02/2017 | Partager

    ■ Feu vert pour l’accord de libre-échange UE/Canada
    Réuni en session plénière à Strasbourg, le Parlement européen s’est prononcé, mercredi 15 février, en faveur de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, le CETA, objet d’une vive contestation (cf. notre édition N°4960 du mardi 14 février 2017). Avec ce vote favorable, une grande partie du texte devrait très prochainement être appliquée de manière provisoire, le temps qu’il soit ratifié par l’ensemble des Parlements nationaux et régionaux de l’UE. Le texte supprimera 99% des droits de douane. Mais il prône également la coopération en matière sociale, sanitaire et environnementale. Ses adversaires le jugent anti-démocratique, trop favorable aux multinationales, léger sur l’environnement ou encore dangereux pour l’agriculture européenne.

    ■ Secteur énergétique: Trump abroge une règle anti-corruption
    Le président américain Donald Trump a signé l’abrogation d’une règle qui obligeait notamment les compagnies minières et pétrolières américaines à rendre publics les paiements versés aux Etats étrangers afin de prévenir des faits de corruption. Selon ses adversaires, ce règlement, institué en juin 2016 par le gendarme boursier (SEC), défavorisait les entreprises américaines par rapport à leurs rivales chinoises ou russes. Le manque à gagner avait été évalué à 600 millions de dollars par la Commission des services financiers de la Chambre des représentants qui avait déjà voté son abrogation il y a deux semaines.

    ■  L’Otan, un «socle fondamental» pour les Etats-Unis

    L’Otan «reste un socle fondamental» pour les Etats-Unis a affirmé hier mercredi à Bruxelles le chef du Pentagone James Mattis. Il rassure ainsi ses partenaires européens de l’Alliance atlantique sur le niveau d’engagement de Washington. Après les critiques du président Donald Trump sur l’Otan, cette première visite au siège de l’Alliance d’un de ses ministres était très attendue par les Européens afin de dissiper le flou. Elle intervient alors que le président américain est mis en difficulté par la démission de son conseiller pour la sécurité nationale, Michael Flynn, accusé d’avoir menti sur ses relations avec la Russie. Le général américain doit participer jusqu’à ce jeudi à une réunion des ministres de la Défense de l’Otan avant de se rendre en Allemagne.

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc