×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    International

    G20: Les ministres des Affaires étrangères se réunissent à Bonn

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4961 Le 15/02/2017 | Partager
    La réunion ministérielle est prévue jeudi et vendredi
    Pékin plaidera pour le multilatéralisme
    Questions nucléaires nord-coréennes, gouvernance mondiale… au menu
    trump_061.jpg

    Le président américain Donald Trump a assuré lors d’un entretien téléphonique avec son homologue chinois Xi Jinping qu’il adhérait au principe de la «Chine unique». Le sujet sera à l’ordre du jour de la réunion ministérielle du G20 organisée les 16 et 17 février à Bonn (Ph. AFP)

    Les ministres des Affaires étrangères du G20 se réunissent les 16 et 17 février à Bonn (Allemagne). Ils auront l’opportunité de débattre des enjeux internationaux actuels. Le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi plaidera pour le «multilatéralisme» lors de cette réunion ministérielle à laquelle participera également son homologue américain Rex Tillerson. La Chine espère que la rencontre du G20 enverra des signaux positifs pour soutenir le «multilatéralisme, améliorer la gouvernance mondiale et générer une économie mondiale innovante, interconnectée, ouverte et inclusive».

    Ce sera la première fois que Wang Yi croisera son nouvel homologue américain. Mais Pékin a refusé de s’exprimer sur la possibilité d’un entretien bilatéral en marge de la réunion entre les représentants des deux premières économies mondiales. Rex Tillerson avait provoqué l’ire de Pékin en agitant la menace d’un blocus pour empêcher l’accès du pays à des îles contestées en mer de Chine méridionale. Ce qui pourrait, a dénoncé la presse chinoise, provoquer un «affrontement militaire». Pékin s’irritait aussi du refus de Washington de reconnaître le principe de la «Chine unique». Mais le président américain a finalement désamorcé en partie la crise en assurant lors d’un entretien téléphonique avec son homologue chinois Xi Jinping qu’il adhérait au principe de la «Chine unique». Lequel interdit toute relation diplomatique entre des Etats étrangers et Taïwan, considéré par Pékin comme une de ses provinces.

    Le chef de la diplomatie sud-coréenne, Yun Byung-se, et le secrétaire d’Etat américain se rencontreront aussi à Bonn. Les deux parties devraient discuter des questions nucléaires nord-coréennes et des contre-mesures à adopter face aux différents scénarios d’actions de la Corée du Nord.
    L’ombre de Moscou continue de planer sur Donald Trump et son entourage. Le sujet ne manquerait pas d’être évoqué lors du G20. Moins d’un mois après sa prise de fonction, et quelques jours après un revers cinglant en justice sur son décret anti-immigration, le président américain doit remplacer un personnage central de son équipe. Mis en cause pour ses contacts avec l’ambassadeur russe à Washington, Sergey Kislyak, le conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn a été contraint de jeter l’éponge. Désormais, la nature des relations avec Moscou et l’administration Trump devraient faire l’objet d’une attention particulière.
     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc