×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Grosses pertes pour Maersk

    Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:4957 Le 09/02/2017 | Partager
    Le groupe maritime et pétrolier affiche un déficit de près de 2 milliards de dollars
    Et perd son emblématique président qui a démissionné après 14 années de service
    L’optimisme reste, tout de même, de rigueur pour 2017
    maersk_4957.jpg

    2016 aura été une année difficile pour Maersk. Le groupe maritime et pétrolier danois essuie une grosse perte en 2016 suite aux dépréciations dans les services pétroliers

    Les temps sont durs pour AP Moeller-Maersk. Le groupe maritime et pétrolier danois essuie une grosse perte en 2016 suite aux dépréciations dans les services pétroliers. Cela l’a poussé à enregistrer dans ses comptes du quatrième trimestre une dépréciation de 2,7 milliards de dollars pour ses filiales Maersk Supply Service et Maersk Drilling dont les perspectives ont été revues à la baisse. La perte se chiffre ainsi à 1,94 milliard de dollars, contre un bénéfice de 791 millions en 2015. Dans ce sillage, le chiffre d’affaires a chuté de 12%, à 35,46 milliards de dollars. L’année 2016 aura donc été difficile sur tous les marchés du groupe. Plus que cela, le modèle intrinsèque de Maersk, traditionnellement bâti sur un équilibre entre le transport maritime et l’extraction de pétrole, commence à montrer ses limites au cours des dernières années. 

    Et pour ne pas arranger les choses, Michael Pram Rasmussen, président en poste depuis 14 ans, a annoncé sa démission. Une démission qui sera effective le jour de l’assemblée générale annuelle le 28 mars. Jim Hagemann Snabe, un homme d’affaires danois ancien directeur général du fabricant allemand de logiciels SAP, lui succèdera. Le départ de dirigeants chez Maersk n’est pas nouveau. En juin déjà, Nils Smedegaard Andersen avait quitté son poste de directeur général, au profit de Søren Skou, patron de Maersk Line, le numéro un mondial du transport maritime de conteneurs, qui a accusé une perte opérationnelle de 376 millions de dollars. Ce dernier s’est lancé dans une stratégie de recentrage du groupe autour de cette activité et de se défaire de celles liées au pétrole. Il s’agissait donc d’introduire en Bourse Maersk Energy. 
    Aujourd’hui, Maersk se tourne vers l’avenir. Il compte améliorer ses résultats en 2017 et table sur un bénéfice opérationnel hors cessions, acquisitions et dépréciations supérieur à celui de 2016. Et pour cause, le dirigeant constate que le quatrième trimestre est le premier depuis 2010 où la demande a augmenté plus vite que le tonnage disponible. La combinaison entre la consolidation, l’arrivée bien moindre de capacités nouvelles et la croissance de la demande laissent le groupe optimiste, pour 2017. 

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc