×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Agadir/Artisanat: Un salon pour booster la filière

    Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:4928 Le 30/12/2016 | Partager
    Renforcement de la chaîne commerciale, valorisation des produits locaux... les objectifs
    Le savoir-faire ancestral mis en exergue
    Prévue jusqu'au 31 décembre, la manifestation pourrait se prolonger jusqu'à dimanche

    Habiles, les artisans marocains font preuve de finesse et de dextérité dans la réalisation de leurs œuvres. Un savoir-faire ancestral hérité de père en fils qui est mis en valeur à travers la 4e édition du Salon régional de l’artisanat qui se tient cette semaine à Agadir. Toutes les filières sont représentées, vannerie, broderie, gravure sur bois, porcelaine, ferronnerie, couture traditionnelle, bijoux, cuivre, cuir… et aussi plantes aromatiques et médicinales. «Notre objectif est de permettre aux artisans d’échanger, de partager de nouvelles expériences et surtout de commercialiser leurs produits», explique Affane Benbouaida, président de la Chambre d’artisanat, région Souss-Massa. Les 104 exposants, du Souss et des autres régions, peuvent aussi participer aux ateliers relatifs au développement des métiers de l’artisanat, à la valorisation et à la commercialisation des produits. Et également à la création de PME.
    Toutefois, cette manifestation se clôture le 31 décembre, et les exposants souhaiteraient la prolonger jusqu'à dimanche 1er janvier afin d'écouler leur marchandise.
    L’autre souci des exposants, qui sont pour la plupart des représentants de coopératives, c’est la prise en charge des frais inhérents à leur déplacement, eux qui viennent de contrées lointaines. Ils confirment que, malgré l’originalité de leurs produits, leur commerce n’est pas très florissant à longueur d’année. Certains arrivent à mieux s’en sortir en fidélisant leur clientèle et en livrant aussi à l’étranger pour honorer leurs commandes. Toutefois, ce n’est pas le cas de tout le monde. «Nous sommes conscients de l’importance de ce salon qui nous donne de la visibilité et nous permet de montrer au grand public la richesse de notre savoir-faire artisanal», fait remarquer Lahcen, un jeune bijoutier. Pour rappel, afin de permettre à ce secteur, qui compte aujourd'hui près de 14.000 unités artisanales et emploie quelque 80.000 artisans, de gagner davantage en visibilité, le conseil régional Souss Massa s'est engagé à garantir la montée en gamme dans la conception des produits artisanaux. Il a de même investi plus de 37 millions de DH dans les projets inscrits dans le cadre du Plan de développement régional de l'artisanat. Ainsi, plus de 20 associations et coopératives ont bénéficié de la modernisation de leurs techniques de production et de l'introduction de procédés innovants à travers 4 principaux axes. A savoir, la consolidation de la formation professionnelle, la création d'un pôle de production en faveur des produits locaux, le renforcement de la chaîne commerciale et la valorisation des produits locaux.

    Labellisation

    Un processus de labellisation  avait été initié par le conseil régional Souss Massa en partenariat avec le ministère de tutelle. L’optique est de valoriser les produits d’artisanat emblématiques de la région. Cette labellisation étant la garante de la qualité des produits réalisés sur la base des normes officielles de qualité, récompense les artisans qui se conforment à ces normes pour répondre aux exigences du consommateur. Quatre labels sont déjà opérationnels aujourd’hui au niveau de la région. A savoir, le label «El Madmoun» pour la poterie, le label «Idoukan Oudrar» pour les babouches en cuir, le label «Tazerzit» pour les bijoux en argent de Tiznit. Et le label «Ouaouzguite» pour le tapis de Tazenakht.

    De notre correspondante, Fatiha Nakhli

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc