×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès/Tourisme: La destination mise sur l’Afrique

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:4926 Le 28/12/2016 | Partager
    Sénégal, Mali, Guinée… des marchés prioritaires pour 2017
    Des packages à des prix compétitifs pour séduire les Tijanes
    Inauguration imminente du 2e terminal de l’aéroport Fès-Saïss

    Eductours, campagnes de communication, salons… C’est ce que prévoit le plan d’action du Conseil régional du tourisme (CRT) de Fès pour l’année 2017. La feuille de route des professionnels du tourisme consacre une place importante au marché africain. «Notre ambition est de positionner Fès sur l’échiquier des agences de voyages des pays frères et amis comme le Sénégal, le Mali, la Côte d’Ivoire et la Guinée», indique Driss Faceh, président du CRT. A ce titre, une trentaine d’agents de voyages maliens et guinéens étaient dernièrement à Fès, où ils ont discuté avec leurs homologues marocains de la possibilité d’initier des packages «pas chers» pour séduire leur clientèle. «Nous leur avons exposé les potentialités touristiques de la région. Ils ont profité également d’un séjour avec un agenda riche en visites et découvertes», souligne Ahmed Sentissi, membre du CRT. Et d’ajouter: «Le marché africain représente un gisement de touristes non encore exploité. A lui seul, il pourrait permettre un réel décollage de la capitale spirituelle et académique du Royaume».
    En clair, les professionnels tablent sur le potentiel des touristes tijanes qui se chiffrent à plus de 350 millions, rien qu’en Afrique. Pour les conquérir, il faut créer des lignes directes avec les principales capitales africaines… à commencer par Dakar (Sénégal). Son prix ne devrait pas dépasser les 2.000 DH pour un aller-retour afin d'encourager sa commercialisation et séduire le maximum de pèlerins tijanes. Pour ceux qui seraient intéressés par le package (tout compris) «Ziara Tijania», celui-ci ne  devrait pas excéder les 5.000 DH. Et ils sont nombreux à réclamer une desserte low-cost avec Lagos (Nigeria). «Grâce à cette nouvelle ligne, nous espérons passer de 600.000 visiteurs aujourd’hui à 1 million à fin 2017», estime le président du CRT. Pour lui, il faut faire sauter les verrous de l’aérien pour assurer le développement du tourisme dans la région. Il faudra donc mettre en place des vols low-cost qui pourraient tripler le nombre des arrivées du marché africain pour atteindre 3 millions de touristes à l’horizon 2020. Les Tijanes dépensent entre 1.000 et 1.500 euros chacun. Ils considèrent leur voyage à Fès comme un pèlerinage sacré et achètent des produits d’artisanat qu’ils offrent, à leur retour, à leurs proches, et participent ainsi à la promotion de la destination.
    En tout cas, l’Office national marocain du tourisme (ONMT) est engagé dans la promotion du marché africain à travers plusieurs accords dont le mémorandum d’entente signé avec la communauté tidiane du Sénégal (CTS). En vertu de cet accord, l’ONMT doit organiser des éductours en faveur des agences de voyages spécialisées dans le tourisme religieux, aider à réaliser des offres en termes de packages accessibles à un large public au Sénégal et à l’étranger et initier des événements à caractère religieux au Sénégal et au Maroc. Pour sa part, la CTS assure le relais auprès de la communauté tijane au Sénégal en particulier et en Afrique en général. Le lancement du Dakar-Fès pourrait coïncider avec l'inauguration du nouveau terminal de l'aéroport Fès-Saïss, dont les travaux ont nécessité plus de 500 millions de DH. A ce propos, une commission préfectorale s’est rendue, vendredi dernier, à l’aéroport. Conduite par de hauts responsables autoritaires, celle-ci a visité la plateforme qui permettra de tripler la capacité d’accueil pour atteindre 5 millions de passagers par an. Son inauguration devrait être présidée par le Roi dans les prochains jours.

    La médina mise en avant

    Pour 2017, la capitale idrisside mettra en avant sa médina et ses monuments fraîchement restaurés. Il s’agit d’un univers incomparable de vie, d’histoire, de beauté, d’émerveillement, dont nombre de sites ne sont pas encore rendus publics. Et ce, malgré leur inauguration en juin dernier! Signalons qu’à elle seule, la médina offrira à ses visiteurs traditionnels (Espagnols, Français, Allemands…) un lieu riche en histoire, à chaque ruelle une découverte surprenante entre les boutiques de coin de rue, les ateliers des artisans, les foundouks et les médersas. Le CRT entend exploiter ce gisement pour multiplier par 10 le nombre de visiteurs.

    De notre correspondant,
    Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc