×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Immobilier logistique: Valyans décroche l’inventaire

    Par Safall FALL | Edition N°:4926 Le 28/12/2016 | Partager
    Le cabinet a remporté le marché en groupement avec C&O Marketing
    L’AMDL veut s’offrir une visibilité inédite sur ce segment
    casablanca_026.jpg

    Le privé s’est positionné sur l’offre. A ce jour, quelque 700.000 m2 de sites clé en main ont été développés

    Une attention inédite pour un secteur en plein boom. Le cabinet de consulting Valyans, en groupement avec la société marocaine C&O Marketing, vient de se voir confier une méga-enquête sur l’immobilier logistique. Un marché contracté avec l’Agence marocaine de développement de la logistique (AMDL). L’objectif de ce contrat est évidemment de procéder au recensement des actifs institutionnels et privés, de constituer des bases de données et de qualifier l’offre en termes de capacité de stockage. Trois grandes régions sont ciblées: Casablanca-Settat, Souss-Massa et Tanger-Tétouan-Al Hoceïma.
    Le travail portera sur tous les secteurs d’activité de l’immobilier logistique et sur toutes les infrastructures destinées aux activités de stockage et de distribution de plus de 1.000 m2 (entrepôts sous douane, zones logistiques, silos, ports secs, marchés de gros, etc.). «Face aux profondes mutations et évolutions réglementaires et normatives à venir, il est devenu indispensable à l’agence de dresser un état spécifique de l’immobilier logistique marocain. Le segment croît à la vitesse V. De 80 hectares de superficies logistiques aménagées en 2010, le Maroc propose aujourd’hui environ une offre globale de... 550 ha!
    Ces acquis sont surtout à mettre à l’actif des investisseurs institutionnels, selon les dernières statistiques de l’AMDL. Les opérateurs publics ont  effectivement été à l’origine de près de 90% de la superficie aménagée globale sur les cinq dernières années. Il s’agit notamment du foncier pris en charge par MedZ (plateformes logistiques adossées aux agro-pôles et PII), par la SNTL à Zenata, l’ONCF à Casa-Mita et TangerMed Port Authority avec son Medhub. Les acteurs privés prennent le relais des investissements dans la construction de sites prêts à l’emploi. En effet, les développeurs privés ont bâti près de 74% des bâtiments logistiques opérationnels. La plateforme casablancaise est en pole position. L’offre prête à l’emploi (entrepôts de classes A ou B) dans la région a été multipliée par trois sur la période 2010-2015. Elle cumule aujourd’hui quelque 700.000 m2, contre 200.000 m2 il y a 5 ans. Mais cette croissance fulgurante occulte des limites persistantes. «Le prix des terrains aménagés reste élevé et l’offre actuelle ne couvre pas l’ensemble des régions et ne s’adapte pas aux besoins de certains opérateurs PME-PMI, freight forwarders, messagerie, etc», diagnostique l’AMDL.
    Par ailleurs, la dispersion des sites logistiques de petite envergure «ne permet pas une massification des investissements». Cette préoccupation gêne particulièrement la mutualisation des infrastructures hors sites et des équipements et services entre plusieurs exploitants.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc