×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Société

Un Marocain aux pieds de l’Himalaya

Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:4925 Le 27/12/2016 | Partager
Mohammed Erribani choisit de tout plaquer et de se consacrer à l’agriculture
Il parcourt l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie pour enseigner la permaculture
Il est aujourd’hui dans le nord de l’Inde aux pieds de la plus grande chaîne montagneuse du monde
marocain_himalay_025.jpg

C’est à Gopeshawar, un village perché à 2.000 m d’altitude aux pieds de l’Himalaya, que Mohammed Erribani apprend à la communauté, principalement féminine, à améliorer sa production agricole dans des conditions climatiques particulièrement difficiles (Ph. M.E.)

Qui aurait cru que Mohammed Erribani, ancien salarié de l’OCP à Khouribga, passerait en quelques années du métier de chef cuisinier à consultant international attitré du Permaculture Research Institute of Australia (PRI)? C’est pourtant le fabuleux destin de Mohammed Erribani, qui a cru à son rêve et s’est lancé dans un domaine peu commun: la permaculture. Ce virage à 180° a mené ce globe-trotter, pas comme les autres, à Rishikesh, une ville dans le nord de l’Inde, aux portes de l’Himalaya.
C’est en 2010, lors d’une rencontre avec un ami d’enfance que Erribani découvre la permaculture et commence à s’y intéresser. Il prend la décision de faire une formation dans le design en permaculture. Il plonge dans les documentations, vidéos et audiobooks pour acquérir les connaissances nécessaires pour préparer une formation certifiante en octobre 2012 en Jordanie avec Geff Laoutain, l’un des pionniers dans le domaine de la permaculture. Hasard des choses, la même formation a lieu la même année au Maroc à Taounat et par l’expert en personne. Erribani y participe et rencontre Geoff Lawton, qui deviendra par la suite son mentor, et c’est à partir de là que sa vie prend un tournant décisif. «Au grand dam de mon entourage, je démissionne de l’OCP le 17 novembre 2013 et je me lance dans une aventure sans savoir ce que le lendemain me réservera, mais avec l’intime conviction que je réalisais mon rêve», se rappelle Mohammed Erribani. Et, en effet, le lendemain allait lui réserver une suite d’événements pour le moins inattendus. Un projet mis en place à Hadramaout au Yemen, par l’Institut de permaculture pour les communautés locales et en partenariat avec le PRI, démarre en décembre la même année.

mohammed_erribani_025.jpg

Le projet recherche des co-enseignants en PDC (cours de design en permaculture) parlant l’anglais et l’arabe avec une forte résistance aux conditions de vie difficiles. On fait appel à Mohammed Erribani pour enseigner pendant deux mois et demi aux communautés locales d’une localité à Hadramaout les pratiques de design en permaculture. Sans le savoir, Erribani décroche son ticket pour une longue aventure qui le portera en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie. Il participera ainsi pendant quelques mois au programme de lutte contre la désertification «Grenning the Desert», cette fois en Jordanie. Puis il retourne au Yemen en novembre 2014 pour lancer un autre programme. A peine deux semaines après son arrivée, la guerre civile éclate au sud du Yemen, ce qui l’oblige à retourner au Maroc pour quelques mois. Un autre programme du PRI le mène au Togo, puis un autre au Burkina Faso en 2015. Il rejoint finalement en août de la même année le nord de l’Inde. Depuis, Erribani travaille avec une communauté d’agriculteurs de la ville de Rishikesh en Inde, composée essentiellement de femmes, pour l’aider à améliorer le rendement de son agriculture. Rishikesh, se situant dans l’état de l’Uttarakhand, est cette petite ville rendue célèbre dans les années 60 par le passage des Beatles, qui y sont venus étudier la méditation transcendantale. Elle est devenue une destination privilégiée des pratiquants de Yoga et de la méditation qui viennent de partout dans le monde. C’est aussi une zone où la monoculture intensive des épices et la déforestation ont fortement affaibli les sols et amoindri les récoltes.
La population féminine, la plus vulnérable à cause des coutumes locales, est principalement concernée par ce travail d’accompagnement. Actuellement, Erribani, aux côtés d’autres enseignants, supervise un projet de développement de Permaculture Research Institute à Rishikesh. Il s’agit d’apprendre à la communauté les pratiques de la permaculture permettant d’enrichir les sols et d’aider la population à améliorer ses conditions de vie. L’accompagnement inclut une nouvelle approche vis à vis de la terre, des ressources, des personnes et de l’environnement. «Ces dernières années n’ont pas été un long fleuve tranquille, au contraire. Les différentes populations que j’ai côtoyées et les conditions de vie difficiles dans lesquelles j’ai travaillé sont des enseignements précieux autant pour mon métier que pour mon propre épanouissement», conclut Mohamed Erribani.

Enseigner le changement

La mission de Permaculture Research Institute est de travailler avec des individus et des communautés du monde entier afin d’étendre les connaissances et la pratique de l’agriculture et de la culture intégrées et durables. La méthode utilise l’approche systémique de la conception de la permaculture. Cela fournit des solutions pour permettre aux populations locales, victimes des changements climatiques et leur impact, de devenir leurs propres acteurs du développement et avec les moyens dont elles disposent localement.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc