×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Brèves

    Par L'Economiste | Edition N°:4919 Le 19/12/2016 | Partager

    ■ Les introductions en Bourse devraient repartir en 2017
    Après une année 2016 plutôt terne, le marché des introductions en bourse devrait rebondir en 2017, selon une étude du cabinet EY. Le marché sera porté par des perspectives économiques jugées encourageantes surtout après les élections américaines. Plusieurs sociétés devraient entrer en Bourse à Wall Street l’année prochaine dont Snap, la maison mère de l’application de messagerie Snapchat et Uber Technologies, le service de VTC, deux start-up valorisées plusieurs dizaines de milliards de dollars (voir aussi le Figaro du 16/12/2016). En 2016, l'incertitude économique et politique a pesé sur le nombre des opérations, qui a baissé de 16% par rapport à 2015, à 1.055. Les montants sont passés à 132,5 milliards de dollars, s'inscrivant en baisse de 33% par rapport à l'année dernière. L'Asie-Pacifique, conduite par la Chine, représente le marché le plus actif du monde, tant en nombre d'opérations (60%) que de montants levés (54%). La région regroupant l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique, en deuxième position, a vu ses volumes baisser de 25% à 285 opérations. Les montants refluant quant à eux de 44% à 37,7 milliards de dollars.

    ■ La bataille des paradis fiscaux
    Oxfam révèle son classement des 15 pires paradis fiscaux au monde, auxquels les entreprises ont recours pour échapper à l’impôt. Des îles paradisiaques, des pays de l’Asie de l’Est et des Etats membres de l’Union européenne figurent dans le classement (http://oxfamfrance.org). Ces paradis fiscaux alimentent une dangereuse concurrence fiscale qui voit les Etats réduire considérablement l’imposition des entreprises pour attirer des investissements privés sur leur territoire. Le rôle des paradis fiscaux n’est pas neutre, selon Oxfam: «ils aident les grandes entreprises à soustraire aux Etats des milliards de dollars de recettes fiscales par an et soutiennent un système économique dangereusement inégalitaire, compromettant la redistribution des richesses et  empêchant de mettre fin à la pauvreté et aux inégalités». Il n’est ainsi pas étonnant de voir figurer dans cette liste des pays bien connus pour avoir été au cœur de scandales d’évasion fiscale qui ont fait la une des médias. Par exemple l’Irlande, qui a accordé à Apple des avantages fiscaux illégaux permettant au géant mondial de l’informatique de payer seulement 0,005% d’impôts dans le pays. Ou encore le Luxembourg, théâtre du scandale LuxLeaks et des enquêtes de la Commission européenne sur les accords secrets que le pays aurait conclu avec Engie, McDonald’s, Fiat et Amazon.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc