×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    250 millions d’enfants grandissent dans la guerre

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4918 Le 16/12/2016 | Partager

    L’Unicef (très active au Maroc) célèbre ses 70 ans. A cette occasion, l’organisation renouvelle son appel à aider les millions d’enfants dont la vie et l’avenir sont menacés par un conflit, une crise, la pauvreté, l’inégalité et la discrimination. Malgré les progrès, des millions d’enfants sont toujours laissés pour compte parce qu’ils sont pauvres ou difficiles à atteindre, mais aussi à cause de leur sexe, race, religion, groupe ethnique ou handicap. Près de 250 millions d’enfants grandissent dans un pays en conflit et quelque 50 millions ont été déracinés. «Face aux immenses besoins de tant d’enfants aux quatre coins de la planète, nous renouvelons notre engagement à obtenir des résultats pour chaque enfant», indique Anthony Lake, directeur général de l’Unicef.
    Environ 535 millions d’enfants, soit près d’un sur quatre, vivent dans des pays touchés par des conflits ou des catastrophes et sont souvent privés de soins médicaux, d’une éducation de qualité et d’une nutrition et d’une protection adéquates, selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance. L’Afrique subsaharienne regroupe presque les trois quarts – 393 millions – des enfants dans le monde vivant dans un pays en situation d’urgence. Elle est suivie par le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, où résident 12% de ces enfants.
    Les situations d’urgence auxquelles sont confrontés aujourd’hui les enfants les plus vulnérables menacent de compromettre les progrès considérables réalisés au cours des dernières décennies. Le nombre d’enfants mourant avant l’âge de 5 ans a été réduit de plus de la moitié en 25 ans. Des centaines de millions de jeunes sont sortis de la pauvreté. Le taux de non scolarisation parmi les enfants en âge d’aller à l’école primaire a baissé de plus de 40% depuis 1990.
    L’Unicef promeut aussi le droit des enfants au Maroc. Par exemple, elle était très active dans la campagne pour l’interdiction du recrutement des enfants de moins de 18 ans dans le travail domestique. Aussi, le projet Himaya vise un meilleur accès des enfants à la justice. Les enfants en contact avec la loi sont la première partie prenante de ce projet. Ils sont à la fois bénéficiaires et acteurs. Le ministère de la Justice et des Libertés est le chef de file de ce projet de 3 ans (à partir de 2016) dont la mise en œuvre est coordonnée par l’Unicef avec le cofinancement de l’Union européenne.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc