×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Festival du film de Marrakech : Des projections, des stars et de la pluie en ouverture

    Par Stéphanie JACOB | Edition N°:4911 Le 05/12/2016 | Partager
    La 16e édition ouverte pour 8 jours de compétition
    Avec un jury présidé par Béla Tarr
    Beaucoup de Marocains sur le 1er tapis rouge
    fifm_010.jpg

    Les membres du jury ont ouvert la 16e édition du FIFM sur la scène de la salle des ministres au Palais des congrès. De gauche à droite, le comédien Jason Clarke, la canadienne Suzanne Clément, le réalisateur argentin Lisandro Alonso, la comédienne et scénariste franco-indienne Kalki Koechlin, le président du jury Béla Tarr aux côtés de Fatima Harandi, le réalisateur français Bruno Dumont, le danois Bille August, et la comédienne italienne Jasmine Trinca (Ph. Bziouat)

    «Il faut avoir confiance en la force du cinéma à imposer au monde l’accès à la dignité humaine». C’est sur ce message d’espoir que le président du jury, Béla Tarr, a ouvert la 16e édition du Festival international du film de Marrakech, le fameux FIFM. Le réalisateur hongrois, très peu habitué à ce genre d’événement, dit avoir accepté l’invitation après plusieurs sollicitations «juste pour voir des films». Si son univers est loin des paillettes, pour d’autres, l’exercice est plus facile. Le premier tapis rouge a été pris d’assaut par la crème du 7e art marocain. Entre quelques gouttes de pluie, notre Charlie Chaplin national Abderraouf, qui sera à l’honneur mardi 6 décembre, Omar Lotfi, Abdellah Tikouna dit Ferkous, Mohamed El Jem, l’humoriste Hanane Fadili, Noufissa Benchehida, Younès Megri, Aziz Dadas, Touria Jabrane, les réalisateurs Sarim Fassi-Fihri et Said Azar ont été ovationnés par un public toujours nombreux. Et d’autres légendes comme l’égyptienne Yousra, des fidèles du festival, et bien sûr les membres du jury. Si le cinéma marocain n’est représenté cette année que par «Mon oncle» de Nassim Abassi, sélectionné hors compétition, les acteurs et réalisateurs nationaux ont donc été au rendez-vous. Parmi le jury, nous avons également Fatima Harandi. Celle que l’on appelle «Raouia» avoue «voyager grâce au cinéma. Une magie licite. Comme je ne m’aime pas, mon métier me permet d’être quelqu’un d’autre». Elle aura avec les autres membres à départager les 14 films en compétition cette année.
    Présence remarquée et décontractée sur la scène du Palais des Congrès du réalisateur sud-coréen Kim Jee-Woon pour son film projeté en ouverture, «The age of shadows». Son dernier long-métrage, sélectionné aux Oscars 2017, offre une plongée dans les années 20, période d’occupation de la Corée par le Japon. Beaucoup de frissons pour les festivaliers. Le week-end a été également l’occasion de rendre hommage au réalisateur iranien Abbas Kiarostami, disparu le 4 juillet dernier. Considéré comme l’un des grands auteurs et créateurs du 7e art, l’intégralité de son oeuvre avait été présentée au festival en 2005. Président du jury de la 9e édition, il était revenu en 2015 pour une masterclass exceptionnelle restée dans la mémoire des cinéphiles. Également disparu cette année, la mémoire du réalisateur marocain Abdellah Masbahi sera honorée mardi 6 décembre, à l’occasion de l’hommage rendu à Abderraouf et de la projection du film «Mon oncle» de Nassim Abassi.    
    Voici tout l’art et l’intérêt du festival, un mélange de genres, de paysages, de langues, d’influences face à un jury tout autant hétéroclite. Une sélection de films qui se veut d’année en année toujours plus pointilleuse et en recherche de nouveaux talents. A savoir que la moitié des films de la sélection officielle sont les premiers et seconds longs métrages de leurs réalisateurs. Une ouverture sur les jeunes cinéastes du monde entier.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc