Entreprises

Marché obligataire : L'OCP va réaliser la plus importante levée de fonds

Par Franck FAGNON | Edition N°:4908 Le 30/11/2016 | Partager
Le groupe minier espère lever 5 milliards de DH
Il investira 152 milliards de DH dans le développement industriel d'ici 2025
ocp_marche_obligatoire_008.jpg

Le groupe revient sur le marché obligataire pour financer ses investissements. Il a décaissé 47 milliards de DH (hors joint-venture) ces quatre dernières années

Cinq ans après sa dernière sortie sur le marché obligataire domestique, l'OCP y revient pour lever 5 milliards de DH. A la différence de l'opération de 2011, le groupe va émettre des obligations subordonnées perpétuelles, c'est-à-dire sans maturité, mais avec des dates de rachats prédéterminées. Jusqu'ici, seule BMCE Bank avait émis de tels titres sur le marché. Au-delà de la particularité de cette émission, elle est aussi, historiquement, la plus importante levée de fonds sur ce compartiment. En outre, elle clôt l'absence des entreprises non financières sur le marché obligataire depuis le début de l'année. L'emprunt de l'OCP permet aussi d'inscrire un nouveau record (14,8 milliards de DH y compris l'émission de CIH Bank) en termes de levée sur une année.
L'emprunt servira à financer les investissements du géant mondial du phosphate. Entre 2008 et 2025, il prévoit d'engager environ 200 milliards de DH dans le développement industriel. L'essentiel de l'enveloppe (152 milliards de DH) portera sur la période 2016-2025, ce qui correspond à une mise moyenne annuelle de plus de 15 milliards de DH. Sur les six premiers mois de 2016, le groupe a investi 5,1 milliards de DH. Les chantiers du groupe portent entre autres sur l'amélioration de l'outil de production à Khouribga et le développement des capacités. Au niveau de Jorf Lasfar, le groupe va graduellement mettre en service des unités de granulation intégrées dotées chacune d'une capacité équivalent à 1 million de tonnes de DAP. Par ailleurs, le groupe étudie également la possibilité de construire un pipeline d'une longueur de 155 kilomètres entre Gantour et Safi. Il pourra transporter jusqu'à 20 millions de tonnes par an. Long de 235 kilomètres, le pipeline actuel qui relie Khouribga à Jorf Lasfar a nécessité un investissement de plus de 5,4 milliards de DH. La montée en régime du transport via ce canal a permis des économies de 436 millions de DH au premier semestre 2016. Au terme de la période d'investissement, le groupe augmentera sa capacité de production annuelle de roche de 23,4 millions de tonnes par rapport à 2015 à 57,4 millions de tonnes. L'objectif est de doubler la capacité de production d'acide phosphorique et de multiplier par 2,5 celle d'engrais à 21,3 millions de tonnes.
Le programme d'investissement de 200 milliards de DH concerne uniquement les projets de l'OCP au Maroc. Celui-ci est engagé dans la construction d'usines au Gabon et vient de conclure un méga deal en Ethiopie. L'OCP y développera une plateforme industrielle intégrée de production d'engrais d'une capacité de 3,8 millions de tonnes. Le complexe industriel nécessitera un investissement de l'ordre de 3,7 milliards de dollars, l'équivalent de 37 milliards de DH. Ces projets devraient contribuer à renforcer la position du groupe sur le marché mondial.
En dépit de l'effort colossal d'investissement, la dette du groupe qui se chiffrait à 39 milliards de DH à fin juin, reste relativement maîtrisée. Elle représente 38% des fonds propres.  
Sur le plan de l'activité, l'OCP a été contrarié, comme la plupart des groupes miniers, par la baisse des prix à l'international. Il a achevé le premier semestre sur un chiffre d'affaires en retrait de 9% à 21,7 milliards de DH. Le résultat brut d'exploitation a décroché de 31% à 5,9 milliards de DH, ramenant la marge d'Ebitda à 27%.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc